Journaux et radios opposés à une dérégulation de la pub télé

Selon Stratégie News : « Les fédérations professionnelles de la presse écrite (SPQN, FPPR, UPREG, FNPS, SEPM), le pôle radio du groupe Lagardère (Virgin Radio, Europe 1 et RFM), le syndicat des radios indépendantes (Sirti) et l’Union de la publicité extérieure se sont opposées catégoriquement jeudi 2 novembre à tout nouvel assouplissement des règles encadrant la publicité TV, qui font l’objet d’une consultation lancée par le gouvernement. Ces organisations arguent que « tout nouvel assouplissement » ne ferait, comme les précédents (tels que l’ouverture progressive de la publicité pour la distribution et le cinéma, de 2003 à 2007), qu’opérer un « transfert massif » des recettes publicitaires des médias traditionnels vers les chaînes de télévision, sans faire croître globalement le marché publicitaire français ». Elles emboîtent ainsi le pas à l’UNIIC qui, le 26 octobre dernier, vous annonçait avoir interpellé les pouvoirs publics à ce sujet. À suivre toujours…

La télévision à l’assaut du prospectus ?

Pendant que nous mettons tout en œuvre pour redonner à l’imprimé ses lettres de noblesse et démontrer l’efficacité du media papier (cf. l’étude « Zéro papier, mythes et réalités ») la bataille continue…

L’UNIIC reste à l’affût et a mis la main sur une consultation dite « publique » que vous pouvez consulter ici et qui vise à recueillir l’avis « des acteurs concernés » sur un projet pudiquement appelé « Simplification des règles relatives à la publicité télévisée »

La modification des décrets concernés aurait, entre autres effets, d’autoriser les écrans publicitaires promotionnels de la grande  distribution à la télévision : en clair, dans l’espace de cerveau disponible qu’il vous reste, vous pourrez caser les dernières promotions pour les petits pois, lessives, rillettes ou encore pour la Foire aux vins ou les jouets de Noël proposés par votre grande surface préférée.

Vous imaginez sans peine les conséquences pour les ISA tels que dépliants, catalogues, flyers, tracts, prospectus

C’est pourquoi l’UNIIC vient de demander au législateur la mise en place d’une véritable étude d’impact.

En effet le secteur des imprimés publicitaires est déterminant dans la structuration des marchés graphiques puisque, malgré l’importance des surcoûts liés notamment aux hausses papetières mais aussi aux problématiques environnementales avec leurs traductions financières (éco-contribution…), ce champ d’activité représente encore plus de 30% de notre volume d’activité.

C’est au nom de son efficacité, prouvée dans le parcours d’achat du consommateur mais aussi de la chaîne de valeur que représente cette filière, que l’UNIIC a  immédiatement attiré l’attention des pouvoirs publics sur l’impact des projets visant à réformer le décret publicité, ouvrant ainsi à la publicité télévisuelle promotionnelle segmentée et géo localisée les secteurs qui en étaient jusqu’alors interdits.

Les réflexions de la DGMIC (Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles) dans un secteur aussi sensible impliquent, si elles devaient se traduire par une modification du décret, une étude d’impact au périmètre large à un moment où Presse départementale et Presse régionale s’interrogent, tout comme les imprimeries de labeur, sur leurs modèles économiques.

Si les médias TV généralistes ne sont pas adaptés à la publicité promotionnelle, l’impact que pourraient avoir les campagnes sur des chaines régionales ou thématiques serait à rapporter aux optimisations budgétaires qui dictent les choix des annonceurs. À suivre…

L’union fait la force…

Un an après avoir consacré son édito à la Frenchprint et à l’UNIIC, l’Usine Nouvelle réitère en célébrant les noces du papier et de l’électronique chez Culture Papier.

Une prise de conscience bienvenue et une reconnaissance qui va droit au cœur des professionnels mais aussi des bénévoles qui œuvrent pour faire passer nos messages auprès des entreprises, des donneurs d’ordres, du gouvernement, des administrations et du grand public.

Dématérialisation des factures : Le ridicule ne tue pas

Si vous avez sacrifié aux recommandations d’EDF, vous êtes passé à côté de cette preuve de bon sens de notre distributeur d’énergie préféré :

Au recto de l’enveloppe (pour celles et ceux qui ont encore la chance de la recevoir) le laconique message : Stop au papier !

Et au verso de la même enveloppe les avantages (supposés) de la facture électronique parmi lesquels: imprimez vos factures à tout moment !!

Tout cela serait risible si ce n’était pas triste et surtout si cela ne démontrait pas une nouvelle fois que les coûts d’impression sont allègrement reportés vers les utilisateurs finaux que nous sommes tous sans pour autant en retrouver le bénéfice dans les frais fixes d’abonnement et bien sûr sans aucun gain environnemental.

« Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage » comme on dit chez Culture Papier

 

Naissance d’IC Le Mag

Pour son premier numéro, IC Le Mag, décrit par 656 Editions comme « le premier magazine traitant des innovations entièrement et exclusivement dédié aux prescripteurs (agence de communication, designers, agenceurs, décorateurs, architectes…) et aux donneurs d’ordres (directions marketing, marques, enseignes ou collectivités locales) » autour d’une « segmentation en trois temps » (personnalisation d’un espace, personnalisation d’un message ou personnalisation d’un produit), a bénéficié du soutien de Jacques Séguéla, qui signe un édito plein d’optimisme.

Un hommage au papier que nous avons décidé de vous reproduire in extenso ci-dessous :

Fils de Gutenberg, pas morts !

Je suis un homme de papier, je dois ma vie professionnelle à la presse. France Soir m’a appris le poids des mots, Paris Match le choc des photos et le respect de nos racines.  Que serait le monde des médias sans l’écriture et sa sœur, l’imprimerie ?
Aussi, comment ne pas vibrer à la naissance d’un nouveau magazine et plus encore lorsqu’il se fait le chantre de ma passion, la « com’ ». Bienvenue à toi IC Le Mag, qui ose braver l’Anschluss digital. Défenseur de toutes les impressions, de tous les formats, de tous les supports, tu donnes à l’imprimerie, devenue « print », ses ailes du désir. Plus que jamais, il le mérite. En épousant le digital, il lui apporte son complément, l’arrêt sur image dans ce flot ininterrompu d’informations qui s’enfuit et ne revient jamais.
Mieux encore, le print innove avec cette double spécificité que tu défends dans tes pages : le grand passage du mass média à la communication personnelle et, dans le même temps, du mono média au 360°.
Plus que jamais, la « com’ » est un tout, la « com’ » est partout. D’aucuns prédisent la mort du papier, quelle ineptie ! Il est partie constituante et incontournable de la modernisation de notre métier.
Certes, le Net est la plus belle idée depuis l’invention de la « com’ ». Il sauvera le monde, mais à la condition expresse de ne pas enterrer le papier. La radio n’a pas tué l’affiche, ni la télé la radio, ni le Net la télé. Pas plus qu’il ne tuera les magazines et d’abord les magazines spécialisés. Gutenberg est l’ancêtre de Steve Jobs, de Mark Zuckerberg, de Larry Page et des autres. La plus belle façon de le rappeler est de sublimer le papier.
IC Le Mag, tu es notre gilet de sauvetage dans les flots déchaînés du tsunami de messages qui nous submerge. A ton tour, cultive à ta manière le choc de l’innovation et le poids du courage. Longue vie à toi, qui ose « mettre le feu » au papier glacé, à l’heure où les courtes vues veulent le brûler.

Création d’un fonds de dotation

Créé en mars 2015 par l’Agefpi, association chargée de promouvoir Grenoble INP-Pagora et la Cellulose, le Fonds de dotation a pour but de lui apporter de nouvelles ressources afin de renforcer son soutien aux formations dispensées par l’école d’ingénieurs dans les domaines suivants :

  • Communication imprimée
  • Biomatériaux et biocomposites
  • Impression et emballages fonctionnels
  • Electronique imprimée
  • Emballage
  • Papiers et cartons
  • Valorisation de la biomasse végétale

Coordonnées :

Fonds de dotation Agefpi
461 rue de la Papeterie
CS 10065
38402 Saint martin d’Hères Cedex
Tél. : +33 4 76 82 69 41
fonds-dotation@pagora.grenoble-inp.fr 

Vous représentez une entreprise ? Votre don est déductible de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 60 % du montant des versements dans la limite de 5 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.