Print’Story – Episode 13

Le samedi matin Antoine aimait bien profiter du calme relatif pour regarder le planning et faire un point sur l’activité des semaines à venir. Mais avant il décida de s’attaquer aux parapheurs que Cathy avait déposés sur son bureau. 

La première chose qui retint son attention fut une demande de report de congés : Jean, un de ses meilleurs conducteur offset, demandait le report au mois de septembre de deux semaines de ses CP prévus au mois d’aout. La demande n’avait évidemment pas été validée par le chef d’atelier et il appartenait maintenant à Antoine de trancher.

À côté du planning de charge se trouvait celui des CP et il ne lui fallut pas longtemps pour s’apercevoir que cela était difficilement acceptable. En même temps il savait Jean respectueux de la bonne marche de l’entreprise et se demandait bien par quoi cette demande était justifiée…

Quoiqu’il en soit, dans l’état actuel des choses, il n’était plus possible d’accepter de congés en septembre d’autant qu’il y avait déjà un conducteur qui avait posé le mois complet et un autre une semaine à la même période.

Il essaierait de trouver une solution avec Jean et le chef d’atelier lundi matin mais il n’aimait pas ces modifications de dernière minute qui ne laissaient que peu de marges de manœuvre alors que les CP étaient établis depuis début mai.

Mais au fait :

À quelle date un salarié doit-il poser ses CP et dans quel délai doit-il connaître ses dates ?

L’employeur peut-il imposer des dates au personnel ?

Peut-il modifier les dates de départ et dans quel délai ?

Les salariés sont-ils libres d’en choisir  une partie même si  l’employeur n’est pas d’accord ?

Comment formaliser ces étapes afin d’être en règle ?

Que se passe-t-il pour les récents embauchés si l’entreprise prévoit une période de fermeture ?

Et pour les salariés dont le conjoint travaille dans une autre entreprise dont les dates de  fermeture ne coïncident pas ?

 

Pour lire les réponses de l’UNIIC, rendez-vous dans la rubrique dédiée.

Réponses élaborées par Morgane SCHLAUDER, Juriste en Droit Social à l’UNIIC – morgane.schlauder@uniic.org