Print’Story – Episode 32

Cela faisait quelques jours qu’Antoine n’avait pas pris le temps de lire le compte-rendu succinct qu’il avait exigé que son chef d’ateliers, Serge, lui fasse quotidiennement par mail et il s’en voulait…

Il ne regrettait absolument pas d’avoir mis en place cette procédure car il arrivait de moins en moins à assister aux réunions de planning ou de fabrication depuis qu’il avait repris une partie de la clientèle. Cela lui permettait d’être au courant des petits problèmes de l’entreprise, mais aussi quelquefois d’être alertés sur des manquements plus graves.

Et là, en déroulant les trois derniers mails, il s’aperçut qu’un problème récurrent apparaissait : plusieurs ouvriers de l’atelier de finition ne portaient pas leurs chaussures de sécurité malgré les rappels de Serge.

Toutes les excuses étaient bonnes : « j’ai un problème de pieds », « je les ai oubliées à la maison », « je ne les supporte pas »…

Et pourtant Antoine ne les achetait pas au rabais et ce sont les DP qui les choisissaient avec Cathy.

Il avait déjà dû intervenir quelques mois auparavant concernant le port des bouchons d’oreilles et il commençait vraiment à en avoir assez !

Il se demandait quelle serait sa responsabilité si un de ses salariés se blessait accidentellement ou s’il avait un contrôle de l’inspection du travail… ?

 

Mais au fait :

Quels pouvoirs a le Chef d’Entreprise pour obliger au port des EPI ?

Quelles sont les sanctions possibles envers les salariés ?

Que risque le chef d’entreprise en cas d’accident ?

Pour lire les réponses de l’UNIIC, rendez-vous dans la rubrique dédiée.
Réponses élaborées par
Chantal Richardeau, Responsable HSE à l’UNIIC, chantal.richardeau@uniic.org