Print’Story – Episode 39

Nouvelle journée, nouveaux problèmes : ce matin un chauffeur a refusé d’avancer les palettes du fond du camion vers l’avant et c’est le cariste d’Antoine qui a dû monter dans la remorque pour non seulement manipuler le papier qui était destiné à l’imprimerie, mais aussi bouger quelques tonnes de papier qui ne le concernaient pas afin de pouvoir y accéder. Un comble !

Cerise sur le gâteau, le chauffeur d’origine slave ne parlait pas un mot de français, à peine quelques bribes d’anglais et d’allemand.

Grâce aux explications de l’UNIIC, il était content d’avoir tiré au clair les problèmes de permis et de Caces mais maintenant cette histoire l’énervait passablement. Jamais depuis qu’il avait repris la suite de son père, il ne s’était trouvé confronté à une telle situation et son père auparavant non plus.

Il avait décidé de faire une réclamation sévère au papetier et de le menacer de refuser la marchandise si cela se reproduisait…

Mais au fait :

Quelle est la législation en vigueur ?

Le chauffeur est-il dans son droit ?

Doit-il parler la langue du pays de livraison ?

Pour lire les réponses de l’UNIIC, rendez-vous dans la rubrique dédiée.
Réponses élaborées par Chantal RICHARDEAU, Responsable HSE à l’UNIIC – chantal.richardeau@uniic.org