Quand la dématérialisation exclut

De l’inégalité à l’exclusion, il n’y a qu’un pas…

… Une réalité que Jacques Toubon, Défenseur des droits, n’a pas hésité à dénoncer, redoutant au sein d’un rapport dédié « un recul inédit de ce qu’est le service public en France », sous l’effet notamment de la dématérialisation des démarches et accès associés.

Il est à noter que la fracture n’est pas tant technique – malgré la persistance de zones grises ou blanches, pannes et autres anomalies – que sociale et culturelle, puisque si 500 000 Français sont en effet concrètement « non-couverts » (0,7 % de la population), 19 % des n’ont de toute façon pas d’ordinateur à domicile et 27 % pas de smartphone. Un constat qu’il faut corréler à d’autres déficits d’équipements parfois quasi-nécessaires (un scanner, voire – ironie du sort – une imprimante domestique) et qui touchent souvent une frange importante de la population (un tiers !) estimant ne pas être compétente pour manipuler les outils numériques.
De fait, la première recommandation du Défenseur des droits sonne comme une évidence : « Qu’aucune démarche administrative ne soit accessible uniquement par voie dématérialisée ».

Lire l’article complet sur Libération

Consulter le rapport complet