Le périple jaune

La délégation UNIIC est bien rentrée – au complet – de son « périple jaune », forte d’une volonté de mieux appréhender la culture graphique chinoise et son stade de développement technico-industriel. Entre visites professionnelles et balades plus ludiques, retour en images sur quelques jours qui mériteront un reportage plus approfondi dans les colonnes du prochain numéro d’Acteurs Graphiques…

All In Print, 7ème du nom, s’est déroulé au SNIEC, deuxième plus grand centre d’exposition chinois.

 

Photo : YG « Caractère ».

 

Surplombés par les gratte-ciels, les différents halls de la manifestation (neuf au total) étaient répartis sous six thématiques : Digital printing & Pre-press, Comprehensive Printing, Packaging Printing & Post-press Converting, Corrugated Packaging, Label & Flexible Packaging, Ink & Innovation Materials.

 

Le stand HP, loin de la démesure de la Drupa 2016, figurait toutefois parmi les attractions les plus en vue chez les fournisseurs de solutions d’impression numérique.

 

L’effacement des technologies offset (marquée notamment par l’absence d’Heidelberg) était à peine compensé par le truchement du segment prépresse porté ici par Cron – sorte de star locale – qui se définit comme « le plus grand fabricant de plaques CTP en Asie ». Cron se vante notamment de présenter, avec EZ Color, « un nouveau système jet d’encre pour presses offset feuilles » destiné à « réduire la gâche papier et permettre de courtes séries sur machines offset ». Une technologie déjà révélée à Chicago pour Print 18, quelques semaines plus tôt. De quoi en tout cas alimenter l’idée selon laquelle c’est bien l’hybridation des technologies qui dessinera les innovations à venir.

 

Finalement moins porté sur les produits éditoriaux que sur le packaging, l’étiquette et l’objet imprimé au sens large (ici, des sacs papier), ce All In Print semble avoir misé sur des marchés relativement émergents.

 

Symbole du caractère plutôt « local » de la manifestation, le jadis décrié Asia Pulp & Paper était le seul papetier présent sur l’ensemble des neuf halls.

 

En marge du salon All In Print, la large délégation UNIIC (83 participants, rappelons-le) a également eu l’occasion de visiter le site de production Heidelberg situé à Qingpu, à proximité de Shanghai.

 

Principalement dédié à alimenter le marché asiatique – même si Heidelberg précise aussi pouvoir livrer des presses partout dans le monde – le site de production chinois revendique exactement le même niveau de finition et de qualité qu’en Allemagne.

 

Photo : YG « Caractère ».

 

La visite de l’usine chinoise Manroland Goss Web Systems (suite à la fusion des deux entités) a notamment permis d’assister à des démonstrations de calages express, pour enchaîner deux jobs en un temps record.

 

Photo : YG « Caractère ».

 

Moment fort du voyage : la visite de l’imprimerie Artron à Shanghai, un site spécialisé dans la production d’artbooks à haute qualité de finition. (Photo : YG « Caractère »).

 

Profitant encore de coûts de main-d’oeuvre peu élevés (malgré une récente et indéniable augmentation des salaires), l’imprimerie chinoise s’est abstenue d’automatiser certaines tâches, préférant doubler voire tripler les postes, qu’ils soient liés au pré ou post-presse.

 

 

Profitant de quelques moments (bien mérités !) de distraction extra-professionnels, la délégation UNIIC ne s’est pas privée d’une croisière au bord du quartier du Bund, face au quartier financier de Pudong.

 

Au cœur du récent quartier d’affaires de Pudong s’érige, au-dessus de toutes les autres, la fameuse Shanghai Tower (à droite), deuxième tour la plus haute du monde à l’heure actuelle (632 mètres) derrière la Burj Khalifa de Dubai (828 mètres).

 

Le Temple du Bouddha de Jade, lieu de culte et de prière, cristallise à lui seul la dualité de la ville de Shanghai, évoluant entre hyper modernité et coutumes traditionnelles.

 

Parfaitement orientée par des guides prévenants, efficaces et de bon conseil, la délégation UNIIC s’est frayée un chemin dans la foule de Shanghai avec enthousiasme et bonne humeur. Une expérience collective marquante qui en appelle sûrement d’autres…