Formation environnement au Portugal – Retour en images

Avant un dossier plus développé dans les colonnes du prochain numéro d’Acteurs Graphiques, à paraître en cette fin d’année, retour en images commentées sur le séminaire « Environnement » Portugais : une vingtaine de participants emmenés par l’UNIIC, en partenariat avec Caractère, ont notamment pu découvrir la pépinière d’eucalyptus globulus d’Espirra ainsi que l’usine à papier du Groupe Navigator de Setúbal.

Qualifié de « clé de la différenciation de Navigator », l’eucalyptus globulus (ici à l’état de boutures) bichonné dans les serres d’Espirra est vanté par Patrice Charpentier (Sales manager) pour « sa densité de fibres très importante » et « sa paroi cellulaire plus épaisse permettant un meilleur passage en machine ». Mettant en avant « la régularité de la production », le groupe, premier producteur Européen de papier non-couché sans bois, produit 1,4 millions de tonnes de pâte par an, sur quatre sites de production. (dont 550 000 tonnes pour le seul site de Setúbal).

Après plantation (uniquement en période de pluies, nous précise-t-on), l’eucalyptus globulus a un cycle de vie de 36 ans, moyennant trois coupes toutes les douze années. Il n’est ensuite plus viable d’exploiter les mêmes racines, nécessitant donc une replantation. Ce sont au total 12 millions de pousses par an qui sont plantées par Navigator Company, via ce qui constitue la plus grande pépinière certifiée d’Europe.

L’usine de Setúbal abrite « la plus grande machine à papier d’Europe » nous confirme Patrice Charpentier. Un investissement global de 900 millions d’euros (incluant la finition et le bâtiment) pour une machine Metso qui représente en longueur la bagatelle de trois Airbus… « Cette machine tourne toute l’année, 24 heures sur 24, à l’exception de 2 à 3 jours d’entretien par an » ajoute-t-il. (Ici, pendant un changement de jumbo automatisé).

Seheno Ratsimbazafy et Matthieu Prevost, respectivement Chef de projet environnement et écoconception chez Citeo; et responsable environnement pour l’UNIIC et animateur national de la marque Imprim’vert, ont présenté et balayé pendant près de deux heures les enjeux environnementaux majeurs dans les Industries graphiques. Au programme notamment : les leviers d’écoconception et leurs effets sur l’écocontribution consentie par les metteurs sur le marché, les défis de progrès quant à la recyclabilité des produits imprimés (problématiques de désencrage, présence d’huiles minérales dans les encres ou les colles, utilisation de blisters biodégradables…), revue d’effectifs des labels et leur signification, démarches de progrès dans les approches liées au site de production et au produit lui-même etc.

Un temps plus ludique de visite a également été aménagé, ici à Lisbonne à proximité du traditionnel « Electricos » (tramway) de la ville…

… Mais également à Porto, non loin des caves où le vin éponyme est produit.

Un merci particulier à Guillaume Trias pour le partage de ses photos.

Journée technique « Grand format », retour en images

Assurant lors de son discours introductif que l’UNIIC avait la volonté de « remettre le grand format au cœur de l’échiquier », Guillaume Trias, à la fois membre du Bureau exécutif de l’UNIIC et dirigeant de Nuances Impression, rappelait également qu’au-delà des positionnements stratégiques de chacun, il s’agissait souvent de répondre aux « mêmes clients » et d’apporter des solutions à de « mêmes problématiques ». Un mouvement de convergences croisées qui voit les initiatives de diversification s’intensifier chez les imprimeurs, de plus en plus convaincus qu’à couvrir des gammes de produits à la fois plus étendus et complémentaires, on s’inscrit de façon pertinente dans un phénomène de désegmentation de la communication.

Retour en images (commentées) sur une journée technique organisée en partenariat avec HP et Caractère, sur le thème du « Grand format » :

La terrasse panoramique du siège d’HP offrait pour cette journée technique un cadre privilégié.

Via des démonstrations commentées sur Latex R2000 & Latex 1500 (en direct et par écran interposé, depuis le site barcelonais de la marque), ainsi que des ateliers animés sur place sur latex 315 Print & Cut, Stitch S500 et Pagewide XL, HP a fait valoir un ensemble d’applications à même, pour un imprimeur dit « Labeur » de « toucher de nouveaux marchés et compléter son offre ». Ici à gauche, Nadine Lalanne (HP) en discussion avec Janette Cacioppo (BS2I).

Au gré des interventions techniques qui ont rythmé la journée, l’accent a notamment été mis sur la variété des supports imprimables, en soulignant notamment combien certains marchés – celui de la décoration, tout particulièrement – représentaient de sérieuses opportunités de développement . « Aujourd’hui moins de 1 % du marché potentiel de la décoration est imprimé en digital » précise notamment Jonathan Sido (Brand Management Group), laissant entendre que telle proportion allait forcément exploser ces prochaines années.

Sébastien Tison, Responsable Développement du Marché Arts Graphiques (à droite), rappelait, en évoquant la gamme HP Pagewide XL, combien « ce type de machines, autour de 20 000 euros en entrée de gamme, intéresse beaucoup les enseignes de grande distribution ». De quoi s’interroger sur le repositionnement (nécessaire ?) des imprimeurs de métier, à l’heure où certains clients tentent la désintermédiation… Et si la clé constituait à devancer ce type de besoins dans une offre globale ?

Christophe Villar, Directeur de Projet chez Graphic Audit Consulting, expert certifié UGRA qui accompagne les entreprises pour l’obtention de la certification PSO, rappelait combien « la colorimétrie est une problématique toujours centrale chez les donneurs d’ordre, notamment dans les marchés du luxe ». Un constat renforcé par la baisse des tirages moyens, au profit de retirages plus fréquents. « Il faut sortir du subjectif » estime-t-il, évoquant la persistante omniprésence « d’opérateurs travaillant à l’intuition, en ne se fiant qu’à leur œil ». Pour rappel, Christophe Villar conduit également une solution collective baptisée UNIIC’COLOR.

Alors que les problématiques liées à la pose des supports imprimés (garanties qualitatives, respect d’une réglementation de plus en plus exigeante et croissance de nouveaux marchés réclamant de nouvelles compétences) ont été présentées par Rémy Falaize (ResoSign), la question sensible du recyclage des supports « grands format » a permis de clore la journée. C’est Hélène de La Moureyre (Bilum) qui s’est attachée à décrire le concept d’upcycling, consistant ici à réutiliser des bâches pour confectionner des objets uniques : sacs, trousses, carnets, agendas etc. Une seconde vie qui, dit-elle, voit « certains annonceurs passer par nous plutôt que de faire fabriquer des sacs en Chine pour leurs clients, leurs congressistes etc ».

A venir dans un prochain numéro d’Acteurs Graphiques, un résumé plus complet de cette journée…

Print & dématérialisation – Au cœur des arbitrages

La conférence inaugurale de Graphitec 2019 n’a pas évité la question quasi-obsessionnelle des justes équilibres print/numérique, laquelle engage des points de vue éminemment disparates selon les marchés considérés…

Print ou numérique ? A cette question un brin simpliste, que les donneurs d’ordre et éditeurs ne se posent en réalité que rarement en ces termes, la (bonne) réponse est souvent « les deux ». Les équilibres peuvent toutefois nettement varier selon les marchés approchés et les positionnements singuliers dont telle ou telle marque peut se revendiquer. S’il n’existe donc pas de formule miracle que l’on pourrait se contenter de s’approprier sans effort introspectif de contextualisation, les expériences plus ou moins tranchées ne manquent pas et ont le mérite de nous offrir de nombreux témoignages éclairants…

Le 100 % online, une erreur ?

Depuis le début du mois de Janvier 2019, le site PAP.fr a officiellement lancé son offre de visite virtuelle 3D.

Si l’intitulé de cette conférence inaugurale promettait de promouvoir les meilleures façons de « concilier » print et numérique, Corine Jolly (Groupe PAP) n’hésite pas à faire part de son étonnement qu’on l’ait justement sollicitée sur une telle thématique… « Pour être honnête, nous n’avons pas concilié grand-chose puisque nous avons arrêté le journal papier en 2013 » lâche-t-elle en effet, sans prendre de gants outre mesure. Mais certainement faut-il accepter de voir que l’on peut bel et bien marginaliser le support imprimé au sein de ses outils éditoriaux, à condition d’avoir les idées et la stratégie idoines, au-delà d’une simple volonté de faire fondre ses coûts. « Arrêter le journal nous a permis de réaffecter le budget associé à de nouveaux services. Nous disposons désormais d’un réseau de photographes qui se déplacent dans toute la France, équipés de caméras 3D, pour développer de nouveaux outils de vente » explique-t-elle, assurant par ailleurs ne pas être fondamentalement fermée à la perspective de revenir un jour au journal imprimé, « si nous avons des idées pertinentes pour le justifier. Il ne s’agit pas de revenir au journal d’avant, ça n’aurait aucun sens », se sent-elle obligée de préciser. Par ailleurs, le réseau PAP continue d’utiliser le canal imprimé pour diffuser nombre de ses publicités, là encore parce que Corine Jolly y voit tout simplement du bon sens : « Le print est rassurant parce qu’il permet d’incarner la marque. La communication offline prouve que vous existez vraiment. Une entreprise 100 % online court selon moi le risque d’être trop virtuelle ». Ainsi le discours s’avère-t-il plus nuancé que prévu, même si dans ce cas précis, les équilibres complémentaires print/numérique penchent de plus en plus ostensiblement vers des contenus dynamiques et connectés.

Le numérique comme outil de diversification & fidélisation ?

Quand Youtube offre un pont aux ventes papier…

Au tour ensuite d’Hedwige Pasquet (Gallimard Jeunesse) d’évoquer les évolutions digérées ou en cours chez l’éditeur jeunesse, s’agissant ici d’un univers où les percées numériques sont toutefois toujours marginales. Et là encore, de bonnes raisons à ça : « L’ebook n’est pas encore une proposition suffisamment innovante ou séduisante » affirme-t-elle de façon presque sentencieuse, rappelant en creux combien les transpositions homothétiques du modèle papier sur écran ne portent que trop peu de valeur ajoutée pour qu’un basculement sensible s’opère. Et les chiffres en attestent : avec moins de 5 % du chiffre d’affaires global de l’édition, il est déjà établi que le livre numérique a échoué à s’imposer. Et sauf à ce qu’il se réinvente, la chose semble entendue. « Aux USA par exemple, la part de l’ebook peut approcher les 25 % de CA, mais nous semblons là aussi toucher un plafond » complète Hedwige Pasquet, qui rappelle que l’ultra-domination du livre imprimé en France tient en partie à « son fort réseau de librairies, protégé notamment par la Loi Lang sur le prix unique du livre ». Doit-on pour autant en conclure que le numérique aurait dit son dernier mot ? Ce serait d’une part oublier « la progression notable et prometteuse du livre audio » – s’agissant pour le coup d’une proposition suffisamment différenciée du livre papier traditionnel pour exister par-delà lui – et ce serait d’autre part méconnaître les liens qui peuvent se tisser entre différents supports… « Le streaming, via Netflix et autres, constitue pour les éditeurs une véritable source de revenus. Les rachats de droits pour des adaptations audiovisuelles ont récemment grimpé en flèche » précise-t-elle en effet, ce qui ne surprendra personne dans le sillage du succès phénoménal de Game of Thrones notamment. Si ces rapports de bonne entente n’ont évidemment rien de nouveau – il en était déjà de même pour les adaptations TV ou cinéma – ils ont indiscutablement pris une tout autre proportion à l’aune de ce que pèsent aujourd’hui les grands acteurs du streaming. De quoi nuancer l’assertion selon laquelle « le temps écran a fait baisser le temps de lecture » car pour aussi vraie soit-elle globalement, les contre-exemples plus circonstanciés ne manquent pas : de la même façon que la série éponyme a certainement fait vendre/lire énormément de livres Game of Thrones, Hedwige Pasquet souligne par ailleurs que « le numérique offre de merveilleuses opportunités en termes de communication, comme par exemple la création de chaînes Youtube ». Que ces dernières soient d’ailleurs portées par l’éditeur ou des lecteurs/Youtubeurs, le fait est qu’elles fonctionnent en tout cas auprès de cibles largement fidélisées.

Un phénomène de réincarnation par le print

Mais c’est paradoxalement sur les contenus publicitaires, a priori pourtant les plus enclins à subir les foudres d’une dématérialisation accélérée, que les propos se feront les plus cléments sur le print. « Il y a eu une très forte digitalisation des marques pendant des années, jusqu’à un phénomène de saturation et un retour à l’imprimé » estime ainsi Matthieu Butel (agence Makheia). Un discours largement corroboré par Sébastien Naslain (Groupe Jouve), pour qui « après une nette baisse des volumes imprimés, nous sommes arrivés à un niveau plancher sur certains segments où l’on constate une réhumanisation par le print des relations clients/fournisseurs ». Pas de quoi évidemment remettre en cause la réalité selon laquelle c’est bien le numérique qui préempte l’essentiel de la croissance publicitaire (tel qu’en atteste le Baromètre Unifié des Marchés Publicitaires porté par Kantar Media, France Pub et l’IREP), mais de quoi revenir à plus de mesure et réinjecter du print dans des campagnes qui en avaient été exagérément sevrées. « Nous avons constaté chez certaines marques la volonté de s’inscrire dans le temps, d’avoir un discours plus incarné et de se détacher des contenus numériques plus éphémères » illustre Matthieu Butel, non sans omettre de préciser que les exigences sont dans le même temps allées crescendo… « Si vous n’êtes pas capables de donner entière satisfaction aux marques, elles préféreront appuyer leur stratégie sur des médias propriétaires pour devenir leur propre porte-voix » souligne-t-il en effet, presque sur le ton de la menace. Car c’est bien là une des caractéristiques fortes de l’époque : jamais une marque n’a bénéficié d’autant d’outils pour entrer en dialogue direct avec sa cible, notamment sur les réseaux sociaux. De fait, c’est aux supports dits « traditionnels » de se rendre désirables, en des temps où la tentation d’en faire l’économie n’a peut-être jamais été aussi forte.

« Ni l’un ni l’autre ? »

Mais le cas le plus original était certainement celui du groupe Humensis, représenté par Frédéric Mériot, son Directeur général. « Nous ne sommes pas juste éditeurs de livres, nous sommes diffuseurs de savoir », clame-t-il en effet, refusant mordicus d’être attaché à un support en particulier. Concrètement, Humensis revendique tant les traits d’une maison d’édition traditionnelle (en sciences humaines, en économie, en essai-documentaire…) que d’une plateforme de services numériques, capable de « délivrer sous les formats adéquats les contenus de la connaissance ». En expérimentant à la fois la rematérialisation du livre papier au plus près du lecteur au sein d’une librairie dotée de l’Espresso Book Machine (en l’occurrence, celle des Presses Universitaires de France dans le quartier latin de Paris) ainsi qu’un « service d’apprentissage des langues totalement immatériel » (via Qioz, une application lancée et financée par la région Île-de-France et alimentée notamment par le pôle Belin du groupe Humensis), nous sommes donc là face à une stratégie agnostique où les supports – print et/ou numérique – sont pensés comme les rampes de lancement les plus en phase avec les services proposés.

Alors si l’époque est complexe, source de tâtonnements sans fin, elle permet en revanche des arbitrages subtils, où toutes les équations ont leur solution. Charge à chacun de trouver la sienne, sans biaiser la réflexion en présupposant qu’il faudra digitaliser sa stratégie coûte que coûte, car s’il s’agit là d’une tendance de fond statistiquement exacte, les chances qu’elle s’applique sans le moindre réajustement à des cas singuliers sont plus minces qu’on ne pourrait le penser…

Graphitec, priorité au débat

Notamment rythmée par un cycle de conférences aussi pertinentes que variées, l’édition 2019 de Graphitec s’est achevée le 6 juin dernier avec la volonté affichée de porter le débat sur les points les plus sensibles du secteur, à un an maintenant de la prochaine Drupa : stratégies « multicanal », innovations technologiques, convergence des marchés & procédés, premiers bilans autour du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), atouts des démarches RSE & écoconception, présentation approfondie de guides techniques, quasi-inauguration de ma Learning Fab (première plateforme de formation digitale pour les métiers de l’impression et de la communication graphique) etc. De quoi repartir avec le plein d’idées nouvelles, dans un contexte que l’on sait hélas difficile et dont le salon s‘est malgré lui fait l’écho, tant en termes d’espace que de fréquentation, visiblement en deçà des précédentes éditions. Avant plusieurs restitutions à venir desdites conférences (à la fois sur notre site et dans les colonnes d’Acteurs de la Filière Graphique), petit retour en images…

L’UNIIC, Imprim’Vert, l’IDEP, Agefos PME-CGM, la CSNRBD, Imprim’Luxe, Grenoble INP-Pagora, le Centre Technique du Papier, le groupe Lourmel et Culture Papier étaient présents et actifs sur le salon, sous une bannière commune : « La Frenchprint ».

Au rang des (nombreux) sujets traités pendant trois jours : « Catalogues et prospectus, peut-on vraiment se passer de papier ? », une conférence animée par Olivier Le Guay (Culture Papier) avec, de gauche à droite, Damien Verstraete (100 % VAD), Jean-Marc Piquet (Groupe Maury), Christophe Bossut (Argo), Anthony Mahé (Eranos) et Elisabeth Cony (Madame Benchmark).

La troisième édition du Challenge StudyPrint a vu le Lycée Albert Bayet de Tours remporter le Premier Prix, devant un public composé des établissements lauréats, des partenaires (dont l’UNIIC fait partie) et des professionnels des Industries Graphiques. Détail des résultats sur le site Presse Edition.

Chaumont s’affiche en capitale du graphisme

Dans ce qu’il faut maintenant désigner, pour la deuxième année consécutive, comme « La biennale internationale de design graphique de Chaumont », une large place était encore faite au célèbre concours international d’affiches, initié par la ville en 1990. Avant un reportage plus approfondi dans le numéro de rentrée d’Acteurs de la Filière Graphique, retour en mots et en images sur les axes forts d’un événement qui investit la ville jusqu’au 22 septembre…

Forte d’un legs de 5000 affiches datant aujourd’hui de près de 115 ans – c’est le collectionneur Gustave Dutailly qui en fit don à la ville en 1905 – « Chaumont s’est de longue date imposée comme la capitale du Graphisme, attirant les artistes et professionnels du monde entier » s’enorgueillit Jean-Michel Géridan, Directeur du Centre National du Graphisme (Le Signe), alors qu’il présente en avant-première à quelques journalistes la sélection officielle internationale du concours 2019. Si ladite sélection se distingue une nouvelle fois par l’exigence des choix effectués – sur 1142 œuvres réceptionnées, « seules » 317 seront retenues et exposées, dont 110 pour les seuls besoins de la compétition – c’est en marge du concours stricto sensu, expositions thématiques à l’appui, qu’il faut aller chercher les axes réflexifs qui auront orienté la Biennale cette année. Or, il faut bien le dire : cette 2e édition, intitulée « Post-médium », a moins semblé interroger son époque qu’elle n’a semblé s’y plier, comme contrainte par une hégémonie numérique qui intercale, certainement comme jamais dans l’Histoire humaine, des écrans entre les gens. « La ville de Chaumont est fortement associée à la chose imprimée, mais il y a cette année une volonté de dépasser les traditions sans les renier » confirme-t-il ainsi à demi-mots, commentant soigneusement le travail d’artistes visiblement attachés à s’approprier les supports numériques et penser – aussi – les affiches comme des messages animés, voire pixellisés ou animés en 3D.

Jean-Michel Géridan, Directeur du Signe, présentant les 110 affiches en compétition pour le 28ème concours international d’affiches de Chaumont.

 

En marge des expositions officielles, des ateliers investis par les jeunes générations, avec un goût prononcé pour les expérimentations en tout genre.

 

Pour Mariina Bakic, Responsable développement du Centre National du Graphisme, l’existence-même d’un tel concours apporte la preuve qu’il existe « des commanditaires courageux, désireux de valoriser la singularité artistique et qui font confiance aux graphistes ».

 

Si l’exposition « Post-medium » se voulait nous immerger dans l’espace numérique dit « immatériel », les affiches en compétition poursuivaient pour certaines un travail séculaire : interroger le support imprimé, cet éternel compagnon de la création graphique…

 

 

Interrogeant la notion de « reproductibilité numérique » par-delà les supports originaux imprimés, l’exposition « Post-medium » a paradoxalement donné l’impression de se ruer vers des questionnements attendus. D’où cette question légitime : y-a-t-il pour l’Art des passages obligés ?

 

S’appuyant sur une collection précieuse d’une cinquantaine de maquettes plus ou moins triturées (celles-ci étaient effectivement censées être détruites), une roue nous expose le processus de création par lequel les graphistes opéraient déjà – entre 1875 et 1905 – en recyclant des bouts d’affiches, selon l’ancêtre du Couper/Coller.

La transformation numérique en avant-goût pour Graphitec

La conférence pré-Graphitec intitulée « Dématérialisation et productivité dans les industries graphiques » se tenait sur le salon Documation 2019 et osait un quasi-paradoxe : parler de « dématérialisation » pour évoquer l’avenir de l’imprimerie…

Comme pour balayer tout malentendu, Philippe Teyssier (Directeur général de Key Graphic) souligne dans un sourire qu’il sera ici question de « bonne dématérialisation ». C’est-à-dire celle qui permet de mieux collaborer, tant dans la sphère interne de l’entreprise que dans sa sphère externe, autour d’outils logiciels et applicatifs aux noms barbares : gestionnaires de workflow, bases de données dynamiques, automatisation des EDI (Échange de données informatisé), Web to print etc. L’enjeu est résumé de la sorte par Philippe Vanheste (Directeur marketing du Groupe Prenant) : « Il est urgent d’adopter les bons standards en EDI. Il faut nous connecter plus vite aux standards des autres métiers, plutôt que de rester isolés », ajoutant « qu’il est « moins difficile de dématérialiser la partie administrative de l’entreprise que la partie jobs/production », la seconde nécessitant en effet d’adosser les processus de gestion des flux à un environnement hardware – les machines d’impression – plus spécifique aux Industries Graphiques. C’est d’ailleurs là un paradoxe que certains n’ont pas manqué de souligner : les imprimeurs investissent énormément dans des machines, moins (pas assez ?) dans les ERP (Enterprise Resource Planning), lesquels permettraient pourtant justement de les piloter et de gérer l’ensemble des processus de l’entreprise. « Les petites structures se sont dématérialisées plus vite que les grosses » note par ailleurs Philippe Vanheste, sous-entendant là encore combien le poids de l’investissement matériel pèse sur l’agilité des entreprises, souvent historiquement construites – notamment stratégiquement – autour de leur parc machines. Or, certainement faut-il aujourd’hui davantage réfléchir aux tuyaux numériques véhiculant les flux administratifs, documentaires, informationnels ou productifs, qui font la vie d’une entreprise…

« 92 % des spécialistes du marketing déclarent que les retards de validation sont les premières causes de non-respect des délais » – Isabelle Billerey-Rayel (Business Development Director, Dalim Software)

« 92 % des spécialistes du marketing déclarent que les retards de validation sont les premières causes de non-respect des délais » souligne Isabelle Billerey-Rayel (Business Development Director, Dalim Software), ajoutant logiquement que « sans une bonne organisation, ces validations se perdent et/ou sont plus complexes ». Pire, « Nous manquons de bases d’analyse fluides et traçables, dès lors par exemple que nous voulons établir un lien entre la réception d’une campagne adressée en VPC, et les retours clients en termes de commandes » estime Philippe Teyssier. Autrement dit : les Industries Graphiques manquent de data exploitable, non pas tant pour des raisons éthiques que par défaut d’organisation optimale en amont. « Il faut en finir avec les Wetransfer que chacun stocke sur son poste » insiste-t-il… « Bénéficier d’un historique complet avec une traçabilité soignée permet de gagner énormément de temps. On sait qui a fait quoi, avec les outils de workflow et de contrôle pertinents ». Car « gagner du temps » fait plus que jamais figure de condition de survie, dans un contexte où les mouvements de flux se révèlent de plus en plus morcelés, dans le sillage d’une production volumique tendanciellement en baisse, pour un nombre de dossiers traités en hausse… Une réalité ô combien sensible dans l’univers de l’imprimé, mais qui s’avère traverser le monde de l’entreprise dans sa quasi-globalité. D’où le fait que la thématique de la « transformation numérique » affecte peu ou prou tout le monde, au risque de dériver en des injonctions à la dématérialisation maladroitement amalgamées au défi du « zéro papier ». Patricia Guillamot (Direction de la Communication et du Marketing de la RATP) évoque notamment la mise en place d’une plateforme collaborative destinée aux 400 salariés attachés au Comité d’Entreprise de la RATP, visant à fluidifier les flux croisés entre de nombreux services, communiquant eux-mêmes sur de nombreux supports : « Nous avions clairement des difficultés à gérer à la fois nos magazines, catalogues, sites Web, réseaux sociaux, etc. qui étaient animés par des process lourds et difficiles à appliquer. Nous étions également pénalisés par une absence concrète de solution d’archivage, qui occasionnait beaucoup de pertes » décrit-elle, avant d’amener Créacom – intitulé de la plateforme concernée, mise en place avec l’appui de Dalim Software – à simplifier l’ensemble des processus de communication. « Aujourd’hui nous gérons plus facilement 1300 réalisations graphiques par an, sur tout support » s’enorgueillit-elle, ajoutant « une montée en compétences des équipes, un meilleur niveau d’information pour tous, une meilleure direction de la communication, un meilleur accompagnement des demandes clients et un gain net de 100 000 euros annuels environ, sur un budget de 1 million ».

De gauche à droite : Philippe Vanheste (Directeur du marketing – Groupe Prenant), Isabelle Billerey-Rayel (Business Development Director – Dalim Software), Christophe Lecoeur (Responsable des Opérations Chaîne Graphique – Françoise Saget), Philippe Teyssier (Directeur Général – Key Graphic) et Patricia Guillamot (Direction de la Communication et du Marketing – RATP).

Alors comment expliquer cet étrange « retard » des Industries Graphiques face au défi de la transformation numérique ? Il fut pourtant l’un des premiers secteurs industriels à informatiser ses process, incluant même le numérique dès ses prémices à ses logiques de traitement, jadis analogiques. Il n’empêche, si la réalité d’un tel « retard » pourra être contestée à la marge, reste a minima une réelle hétérogénéité dans la façon dont les imprimeurs – au sens large – se sont emparés de cette question. Dit plus simplement : tout le monde n’est pas prêt. Et c’est ce rappel salutaire que voulait souligner cette conférence pré-Graphitec, à quelques encablures de la tenue du salon. De là à y voir un indice sur une volonté de se décentrer du tout-machine, pour mieux mettre en lumière l’optimisation organisationnelle essentielle qu’il convient aujourd’hui d’élaborer autour des Presses, il n’y a qu’un pas…