Packaging et environnement

Source: Stratégies : packaging et environnement

« Un de mes clients dans la charcuterie m’a demandé d’augmenter de 20 % la taille de son packaging. Ses deux concurrents l’ont fait et il n’est pas en position d’influencer le marché. Pour des raisons de visibilité, il doit avoir un packaging plus grand. » Ce témoignage d’un dirigeant d’agence de design est révélateur du marché actuel de la grande consommation. Visibilité, praticité, nomadisme, éclatement des foyers : ces phénomènes économiques ou sociologiques déterminent la forme des emballages achetés tous les jours. Les consommateurs ne veulent plus doser leur liquide de lave-vaisselle ? On a vu apparaître des tablettes emballées dans leur papier comme des bonbons. Les gens voyagent, pour leur travail ou leurs loisirs ? Les barquettes individuelles se multiplient.

De leur côté, les industriels sont soumis à la loi de la concurrence : toutes les marques de céréales alignent sur les linéaires leurs boîtes géantes remplies… d’un tiers de vide. Et les habitudes ne sont pas faciles à changer. Il y a quelques années, Kellogg’s a tenté de lancer une boîte plus petite contenant la même quantité de céréales. Le consommateur, déstabilisé, a eu peur d’acquérir moins de produit pour le même prix et l’initiative s’est soldée par un échec.

Pourtant, une autre réalité s’impose à la société : l’augmentation régulière du poids et du volume des déchets ménagers. De 220 kg par personne et par an en 1960, ils sont passés à 450 kg en 1998, avec tous les problèmes de gestion que cela entraîne. Sans être un écologiste à gros chandail, il faut aussi se rendre à l’évidence de l’épuisement – d’ici à soixante-dix ans selon les scénarios les plus optimistes – des ressources en pétrole, matière de base du plastique.

Réduction des emballages à la source, développement d’emballages biodégradables ou compostables, tri, recyclage, incinération : les solutions sont multiples et les agences de packaging ne peuvent pas être absentes de ce débat. Régulièrement, pour dénoncer le suremballage, les associations de défense de l’environnement investissent les hypermarchés et remplissent les chariots d’emballages inutiles. Ces opérations coups de poing pourraient-elles devenir pour les agences de design ce que les commandos antipub ont été pour les agences de publicité ?

Pas une priorité d’achat

« Nous ne pouvons rester insensibles quand nous voyons le packaging d’un de nos clients traîner dans la forêt », témoigne Sylvia Vitale-Rotta, directrice générale de l’agence Team créatif, spécialisée dans l’alimentaire. Avant de reconnaître que la fin de vie du packaging est rarement prise en compte dans les commandes des annonceurs. Pour la plupart, les professionnels se réfugient encore derrière la demande des consommateurs pour justifier leur frilosité sur le sujet. « Les  » blisters « , les  » sleevers « , les « doypacks » : tous ces emballages souples à base de plastique sont à la mode car le consommateur veut des packagings transparents qui laissent voir le produit », affirme Simon Bouanich, PDG de l’agence Pulp, filiale d’Havas. Chez Paris Venise Design, Stéphane Ricou, président et cofondateur de l’agence, est fataliste : « La dimension écologique n’est pas prioritaire dans l’acte d’achat. Le consommateur se détermine d’abord par rapport à ses envies, puis par rapport au prix. »

Recycler davantage

D’autres agences sont plus avancées dans leur réflexion. Dans toutes les conférences auxquelles il participe, Fabrice Peltier, président de P’Référence, se fait le chantre du cycle de vie du packaging, de la conception jusqu’au bac à ordures. Pas facile pour un designer d’admettre que sa création va finir en déchet, mais c’est pourtant son destin. Avec son client Système U, P’Référence a mis en place un langage graphique, au dos des emballages, qui conseille le consommateur sur le tri sélectif. En septembre prochain sortira un packaging conçu par l’agence pour la gamme de café Philtre d’or Carat de Segafredo, qui permettra de dissocier l’aluminium du carton en vue du recyclage. Recycler plutôt que réduire la quantité de matière à la source, cela ne va pas dans le sens d’une diminution de la poubelle des ménages. Mais, pour Fabrice Peltier, « nous ne pouvons pas revenir en arrière. Les acheteurs veulent des produits pratiques, tout prêts, à portée de main. Mieux vaut éduquer au recyclage qu’essayer de changer les habitudes. »

Concilier modes de vie actuels et préoccupations environnementales, c’est aussi la mission de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Cet organisme public conseille les collectivités locales, les entreprises et les particuliers sur les économies d’énergie et la réduction des déchets, sans passer en force. Ses analyses bousculent souvent les idées reçues. Par exemple, l’argument de visibilité invoqué par les industriels pour justifier la taille de leurs packagings est démenti dans le secteur des téléphones portables, où l’emballage représente vingt-cinq fois le volume de son contenu, alors qu’il est rarement mis en avant dans les points de vente. Or qui dit vingt-cinq fois plus de volume dit vingt-cinq fois plus de camions pour les transporter et donc un coût supplémentaire pour l’entreprise. Le sac de caisse biodégradable, soit disant écologique car il préserve la faune marine, n’a aucune valeur éducative car il déculpabilise l’utilisateur qui le jette dans la nature. Mieux vaut développer les cabas réutilisables. En revanche, la lessive en tablettes, malgré son suremballage, a un meilleur bilan écologique que le baril classique car elle évite le surdosage, source de pollution des rivières. Idem pour les engrais en dosettes.

« Plus que le recyclage, c’est la notion de valorisation qui est importante », souligne Nadia Boeglin, responsable du département éco-conception et consommation durable à l’Ademe. « Le baril de lessive est recyclable alors que l’écorecharge ne l’est pas, mais l’écorecharge consomme moins de matière et d’énergie en production et en distribution, donc son bilan écologique est meilleur au final… à condition qu’elle ne dégage pas de substances polluantes à l’incinération, ce qui est heureusement le cas. Il ne faut pas tout focaliser sur la fin de vie d’un emballage et oublier le bilan écologique de la production. » Au hit-parade des produits à la mode mais aberrants d’un point de vue écologique, exposés au siège parisien de l’Ademe : le pot de yaourt en terre cuite, qui n’est valorisable qu’en pot à crayons, la lingette pour plante verte, les cosmétiques en monodoses. Du côté des bons élèves : les écorecharges d’Yves Rocher, le tournevis sans emballage de Castorama, où le prix est directement imprimé sur le manche (se pose alors le problème de la sécurité), les balles de squash de Décathlon, à l’ancien emballage plastique remplacé par du carton, etc.

Un argument d’image

Sur un sujet pour lequel il n’existe pas de solution toute trouvée, l’éducation s’avère primordiale. Celle des industriels d’abord, qui se lancent parfois dans la thématique écologique sans discernement. Tristan Hirsinger, responsable de Materio, une bibliothèque de matériaux destinée aux fabricants, architectes ou designers, le constate tous les jours : « Je reçois constamment des demandes concernant les matières écologiques. Mais cette notion est dangereuse. Il n’y a pas de bons et de mauvais matériaux, tout dépend de leur utilisation. Prenez la mousse de papier, qui peut remplacer le polystyrène expansé. Elle est entièrement recyclable – encore faut-il que la filière de recyclage existe. Par ailleurs, elle est biodégradable, avec le risque que l’utilisateur la jette dans la nature. »

Les entreprises peuvent réduire la quantité de matière pour des raisons d’économie, ce qui est déjà mieux que rien. Une grande marque de cognac a ainsi demandé à son agence de redessiner sa bouteille pour utiliser moins de verre, et de passer de huit à quatre couleurs sur son étiquette pour économiser de l’encre. Mais ce type d’initiative est rarement répercutée sur le prix que paie le consommateur et n’a aucune valeur pédagogique. La seule vraie réponse serait un engagement global des marques concurrentes, comme pour les baisses de prix dans la distribution. « Pour qu’une prise de conscience collective s’opère, c’est aux marques leaders d’ouvrir les festivités, suggère Jean-Baptiste Vouters, directeur général de l’agence Graphèmes. Imaginez un spot Kellogg’s qui dirait : « Moins d’emballage, c’est moins de déchets, moins de pollution due à leur fabrication, moins de camions sur les routes. Kellogg’s a décidé de réduire la taille de toutes ses boîtes avec autant de produit dedans. Le même produit, la même quantité, un geste de plus pour notre environnement. » En six mois, tous leurs concurrents qui continueraient à utiliser des boîtes immenses seraient sans doute écologiquement incorrects aux yeux des clients. » Pour Sylvia Vitale-Rotta, de Team créatif, « Evian a eu une démarche de leader quand il a communiqué sur la bouteille compactable. Cela a marqué l’esprit des consommateurs. »

L’éducation du grand public est en effet urgente. D’après une enquête réalisée en 2004 par l’association Consommation, logement et cadre de vie, seulement 16 % des personnes interrogées connaissent la signification du point vert figurant sur la plupart des emballages. Ce sigle renvoie à la taxe payée par les industriels depuis 1992 pour financer les actions de recyclage gérées par les collectivités locales dans le cadre du programme Éco-Emballages. En moyenne, la contribution à Éco-Emballages est de 0,7 centime d’euro par emballage. Elle ne garantit en rien que le produit en question soit recyclé ni même recyclable. L’emballage Tetra Pack, très à la mode actuellement, peut ainsi être transformé en bois aggloméré, mais la filière de retraitement n’est pas encore généralisée. Une bonne campagne grand public ne serait pas de trop pour clarifier les choses. L’Ademe prépare justement une communication sur la réduction des déchets. Et les pouvoirs publics ont leur rôle à jouer pour fournir des poubelles de tri en nombre suffisant.

Et si chacun, à son niveau, avait une responsabilité ? À l’initiative de son département design 3D, l’agence Landor s’est lancée dans la traque au gaspillage. Elle transforme les sorties d’imprimantes ratées en bloc-notes, réserve des corbeilles au papier, affiche en écran de veille des conseils pour le week-end : éteindre son ordinateur, sa lampe, le radiateur, etc. Un petit pas pour l’entreprise, un pas de géant vers une prise de conscience globale.

Relieur à l’honneur – Brochage 3000

Cette semaine notre rubrique « imprimeur à l’honneur » est consacrée à BROCHAGE 3000.

Et s’appelle d’ailleurs pour l’occasion « Relieur à l’honneur ». Vous vous dîtes qu’il était opportun de changer le nom de cette rubrique ? C’est évident ! Et pourtant conserver « imprimeur à l’honneur » n’aurait pas été une totale usurpation… D’abord parce que l’entreprise a été fondée en 1979 par un imprimeur de métier passé par l’Imprimerie Nationale et la SIRC. Monsieur Verwicht s’installe en Mayenne et crée Brochage 3000 avec une activité centrée dès le départ sur le façonnage à destination – justement – des imprimeurs. Il vendra en 2004 suite à son départ en retraite. Ensuite, parce que l’impression, si elle n’est pas le métier de Brochage 3000, en est le cœur des préoccupations. Les imprimeurs sont et restent les clients de BROCHAGE 3000, qui pense son activité et ses services en fonction d’une logique de chaîne graphique interdépendante. Livres, catalogues, agendas, blocs notes : le façonnage clos le process.

Nous aurions également pu titrer « Industriel à l’honneur », Brochage 3000 aurait été loin, là encore, d’usurper ce titre. Nombre d’imprimeurs ont intégré le façonnage ces dernières années. Etienne Chartier qui dirige la société nous le confirme : « nous avons de moins en moins de clients car ils s’intègrent les opérations de façonnage » mais pour autant « l’activité ne faiblit pas et nous ne cessons de nous développer, nous avons d’ailleurs d’importants investissements en cours pour l’assemblage et l’automatisation ». En 2017, B3000 rachète FBM et fusionne les deux entités. Sur deux sites aujourd’hui, l’entreprise rassemble 60 collaborateurs. « Nous proposons toujours plus de réactivité et des solutions élargies. Nous fonctionnons en 3 équipes sur un site et en 2 équipes sur l’autre, pour pouvoir anticiper et répondre au mieux aux délais. » Le service logistique, le dispatching font également partie de la mission du façonnier. Une logique belle et bien industrielle qui permet de répondre à une culture de l’immédiateté.

Brochage 3000 est engagé dans le collectif, dans la filière. « Nous continuons de penser qu’un partenariat avec un bon façonnier est moins risqué, moins onéreux qu’une intégration et amène de la richesse à l’ensemble de la filière et de la valeur aux produits. » Une réflexion qui nous a intéressés car la concentration que connait notre secteur – avec, en conséquence, une perte de savoir-faire indéniable – a certes permis de proposer des volumes importants de produits standardisés à plus faible coût, mais a aussi généré une perte d’agilité. Une agilité que les imprimeurs, les créatifs-prescripteurs et les donneurs d’ordre viennent chercher chez Brochage 3000. Les clients cherchent de l’originalité, de la personnalité et se tournent vers un savoir-faire distinctif. « Nous proposons de nouveaux produits avec les œillets élastiques, nous pouvons réaliser des blocs style carnet de chantier. Et, les choix de papier évoluent : grammage, grain, texture, les papiers à travailler sont de plus en plus variés et donc plus complexes à travailler. » La société met en avant un savoir-faire complémentaire. Une réponse de filière intelligente qui fait de Brochage 3000 assurément une entreprise à mettre à l’honneur.

Livre Paris 2019 – La fabrication à l’honneur

La présence très remarquée du robot Gutenberg One – une avant-première mondiale – dans les travées du salon Livre Paris 2019 aura eu de nombreux mérites, dont celui de restituer face à un public fasciné la magie de la fabrication du livre. Au-devant de gens curieux, souvent enthousiastes, les questions relatives aux différentes étapes de fabrication ont fusé : impression, encollage, façonnage, massicotage… Nul doute que la gestuelle théâtrale du robot a participé à rendre ces quelques minutes hypnotiques, avant d’amener à des considérations plus stratégiques : à quoi – et surtout à qui – tel robot peut-il servir ?
Destiné à imprimer et façonner du livre unitaire en quelques minutes, Gutenberg One se veut être le tout dernier rempart imprimé avant l’écran. Car il ne s’agit nullement de « courtes séries » ou même « d’impression à la demande » stricto sensu, mais bien de fabrication unitaire quasi-instantanée, avec une ambition claire : aller plus vite qu’Amazon. Pertinent sur la myriade de références dites de « longue traîne » ne se vendant qu’exceptionnellement et trahissant donc souvent une absence de stock disponible, des éditions spéciales hyper-personnalisées, les ouvrages libres de droit ou encore – à terme – l’offre autoéditée, Gutenberg One est une réponse concrète visant à rendre l’imprimé le plus disponible possible.

Porté, via Gutenberg & Co, par un concept de cafés littéraires conceptualisés et construits autour de la machine (il devrait s’en créer 222 en France, dans le sillage du Plan Cœur de Ville), souhaitons à cette initiative innovante un succès la hauteur de son culot.

Dématérialisation et productivité dans les industries graphiques

L’UNIIC continue à soutenir Graphitec, premier salon des industries graphiques français, et vous invite à assister à la Conférence pré-Graphitec, Dématérialisation et productivité dans les industries graphiques, Mardi 19 mars de 16h à 17h30, dans le cadre du Salon Documation 2019, Pavillon 4.3 Salle Chopin au Parc des expositions Porte de Versailles à Paris.

Quels sont les enjeux consécutifs à la dématérialisation pour les industries graphiques ? Quelle organisation, quels outils et quelles compétences les entreprises doivent-elles mettre en place pour accélérer leur croissance et dégager des marges en augmentant leur productivité ?

Une conférence animée par Daniel DUSSAUSAYE, Directeur de la rédaction de Presseedition.fr, avec Patricia GUILLAMOT, Directrice de la Communication et du Marketing, Direction de la Communication et du Marketing, CRE – RATP, Isabelle BILLEREY-RAYEL, Business Development Director, DALIM SOFTWARE, Christophe LECŒUR, Responsable des Opérations Chaîne Graphique, FRANCOISE SAGET, Philippe TEYSSIER, Directeur général , KEY GRAPHIC, Philippe VANHESTE, Directeur du marketing, GROUPE PRENANT.

Inscrivez-vous !

Hunkeler Innovationdays – L’automatisation sur toute la ligne ?

Logiquement positionné sur les marchés historiques ciblés par Hunkeler – ceux du livre et du marketing direct – l’événement quasi-éponyme « Hunkeler Innovationdays » voyait son édition 2019 portée par un mot fort : l’automatisation. Si le concept n’a bien sûr rien de neuf en soi, il traduit bien l’autoroute vers laquelle les technologies liées au print, en particulier numériques, continuent de se ruer…

La ville de Lucerne accueille les Hunkeler Innovationdays tous les deux ans. (© Jean-Marc Lebreton)

La baseline de l’événement ne trompait pas : « Automation with success ». Ainsi comprend-on vite qu’au centre d’exposition de Lucerne (Suisse), « innovation » rimera plus que jamais avec « automatisation », avec un focus tout particulier et attendu sur les procédés de finition, qui méritent effectivement que l’on se penche sur eux…

Le finishing 4.0 ?

Sur trois machines différentes (Primera, Presto II Digital et Sigmaline II), les démonstrations effectuées par Müller Martini sur son site dédié à Zofingen, ont permis de mettre en évidence les capacités de variabilité et d’automatisation des matériels de la marque.

Philippe Michelon (Directeur commercial France – Müller Martini) ne s’en cache pas : il n’est qu’à moitié à l’aise avec l’expression de « finishing 4.0 », trouvant la formule surutilisée et donc partiellement usée. Pourtant, c’est bien à ladite expression qu’il aura recours pour présenter la philosophie qui préside aujourd’hui la stratégie de la marque : « Développer la notion de variabilité dans l’univers de la finition et du post-presse, c’est la grosse révolution de nos métiers » assure-t-il en effet à une assemblée d’adhérents de l’UNIIC, au cours d’une visite – en marge du salon – du centre de démonstration de Zofingen en Suisse, qu’il qualifie également de « lieu de test et formation ». Or, que définit le mot-valise « Finishing 4.0 », sinon la capacité d’ouvrir tous les pans de la finition à la variabilité : nombre de pages, format, découpes, massicotage etc. ?
« Lors des Hunkeler Innovationdays, nous allons mettre le focus sur notre segment digital et sur la technologie qui nous permet de connecter nos différents systèmes avec un langage unique et centralisé » précise-t-il. Un discours parfaitement dans l’air du temps et qui semble notamment trouver écho chez des acteurs au profil bien particulier… « Avec des machines telles que Vareo (une brocheuse dite « flexible » pensée pour les courts tirages, présentée pour la première fois aux Hunkeler Innovationsdays en 2015, ndlr) et InfiniTrim (un massicot trilame capable de traiter en flux tendu plus de 15 produits différents en couverture souple et rigide, ndlr), nous voyons arriver de nouveaux clients qui sont des sociétés très orientées sur le traitement fin de la data : Amazon, Datev (société coopérative enregistrée qui fournit principalement des services d’informations techniques pour les impôts, les comptables et les avocats, ndlr), KNV (un des principaux grossistes de livre allemand, ndlr) ou encore Books on Demand (BOD) ». De quoi souligner qu’avec l’avènement progressif des courtes séries et la volonté affichée de minimiser les stocks, la fabrication du produit imprimé – jusqu’aux procédés de finition – n’échoit plus exclusivement aux seuls industriels historiques du secteur graphique, ces derniers voyant émerger de plus en plus d’acteurs qui ont décidé de devenir leur propre imprimeur. Voire ont décidé d’étendre leurs services à certains types d’impression, à l’image de ce que propose déjà Amazon en Print On Demand pour l’autoédition… Un phénomène encore balbutiant, mais qui rappelle la nécessité, sur certains segments où les shorts runs personnalisés sont en passe de devenir la norme, de savoir marketer aujourd’hui une offre à la fois réactive et sur-mesure.

Centraliser pour mieux automatiser

Évidemment mobilisé par l’événement qui porte son nom et donc délesté d’une partie de son matériel, Hunkeler ouvrait tout de même les portes de son site Suisse de Wikon à la délégation UNIIC (une petite trentaine de participants). L’occasion de se retourner sur l’histoire et l’expertise d’une marque bientôt centenaire. (© Jean-Marc Lebreton)

De son côté, Hunkeler n’avait pas sous-titré l’événement dont il est l’hôte au hasard… « Sur notre matériel de génération 6, commercialisé depuis dix ans, nous utilisions une technologie analogique. Parmi les inconvénients que cela soulevait, il fallait procéder à beaucoup de réglages et il fallait en moyenne vingt minutes pour caler une ligne de production » admet sans résistance Mickaël Hiblot (France Sales Manager – Hunkeler), face à la délégation UNIIC, sur le stand du constructeur.
« Aujourd’hui, nous avons un seul cerveau pour toutes les lignes/machines/réglages, le but étant que tous nos équipements se connectent en amont avec tout type de machine d’impression », évoquant donc là une « génération 8 totalement automatisée », démonstration à l‘appui. Décrit comme une « nouveauté phare » de la marque, le module Laser HL8 illustre bien, selon Mickaël Hiblot, la philosophie que Hunkeler tenait cette année à exposer : « Dans le domaine de la perforation, on joue ici sur la puissance du laser pour venir traverser ou simplement graver la page, selon ce qu’on souhaite obtenir. L’idée est de n’imposer aucune limite de personnalisation et de variabilité : chaque page peut être unique ». Un message martelé comme un mantra, à l’heure où ce n’est plus tant la mécanique des machines qui recueille encore l’essentiel des efforts de développement, que l’emprise grandissante de la dimension « software » dans les process d’impression/finition. C’est notamment de cette façon que les systèmes de contrôle, désormais centralisés, ont également pris la tangente de l’automatisation : « Nos machines disposent toutes d’une table de maintenance qui vous avertit des opérations à prévoir. On n’attend plus les pannes, on les anticipe et tout est pensé pour que les machines soient arrêtées le moins possible » certifie-t-il, avant de présenter un service connexe d’inspection Web, le but étant cette fois de détecter les éventuels défauts de production en temps réel. Et Mickaël Hiblot de finir – non sans malice – sur cette assertion conclusive : « En matière d’automatisation, les lignes de finition sont prêtes »

Bienvenue aux Hunkeler Innovationdays 2019. (© Jean-Marc Lebreton)

Dépasser le discours performatif

Une fois n’est pas coutume, faisons les choses sciemment à l’envers pour revenir, en amont de la chaîne, aux solutions d’impression exposées durant l’événement, puisque Ricoh, HP, Canon, Xerox ou encore Screen étaient bien sûr également présents. Sans réelle innovation disruptive, la plupart voulait toutefois témoigner des progrès établis concernant la productivité de leurs machines, tant en termes de vitesse de production que d’éligibilité des substrats. « Avec le modèle Ricoh VC70000, capable d’imprimer à 150 m/min, nous avons doublé les vitesses » se félicite notamment Steve Levy (Key Account Manager Industrial Printing – Inkjet Technology), ajoutant aux mérites de la machine la souplesse de « pouvoir imprimer sur du papier couché ou non-couché, juste en changeant de bobine ». Si, de son propre aveu, c’est d’ailleurs « lorsque les constructeurs sont arrivés avec des technologies numériques bobine que les rotativistes ont commencé à les écouter », des axes d’amélioration demeurent, lui qui estime notamment que « nous allons encore trois à quatre fois moins vite en finition qu’en impression »… Mais sans s’en tenir à des arguments strictement performatifs, Steve Levy laisse surtout explicitement entendre combien « le nerf de la guerre, en impression numérique, concerne la consommation d’encre »… Ainsi s’attache-t-il à présenter une technologie d’encrage intégrée à la machine, capable dit-il « de différencier trois tailles de gouttelettes », pour les déposer sélectivement « au plus juste de ce que réclame la définition de l’image ». A défaut de pouvoir encore juger sur pièce de l’efficience d’un tel procédé, notons ici que les obstacles expliquant certainement encore pourquoi seuls 5 % environ des volumes imprimés sont aujourd’hui issus du numérique (la difficulté de préserver sur ces derniers des marges suffisantes étant manifestement bloquante), semblent de fait entendus par les fournisseurs de matériel, qui travaillent aussi à réduire/optimiser les coûts engagés. S’il est aujourd’hui clair que l’automatisation des process d’impression et de finition doivent effectivement viser une minimisation des coûts liés aux consommables, c’est (hélas) d’abord sur la main d’œuvre nécessaire que des économies semblent pouvoir être dégagées dans l’immédiat, tant les matériels sont aujourd’hui pensés pour fonctionner presque seuls. Or, si le combat du print pour passer d’une ère de production massifiée et indifférenciée à une ère de volumes optimisés et personnalisés nécessite effectivement une mue technique, reste encore à en tirer des modèles économiques plus clairs. Peut-être est-ce là d’ailleurs un des défis qui pourra (devra ?) animer la Drupa 2020, à un peu plus d’un an de la prochaine édition : dépasser les discours technico-performatifs pour y associer des modèles économiques et industriels pérennes. De sorte que le basculement technologique vers l’impression numérique promis et prophétisé par tant prenne enfin un tour concret, au-delà de quelques niches et cas d’étude singuliers…

Le salon a été l’occasion de présenter en exclusivités quelques nouveautés, dont le modèle Ricoh VC70000 (toutefois annoncé dès juin 2018), solution jet d’encre capable d’imprimer à 150 m/min sur des supports papier non couchés, couchés offset, ou traités jet d’encre.

 

La délégation UNIIC (pas tout à fait) au complet, devant le stand Hunkeler avec deux générations d’Hunkeler : Franz le patriarche et Michel la relève… . (© Guillaume Prudent – Caractère)

À B comme Bottin

Le bottin vit ses dernières heures nous apprend le parisien : dernières pages blanches fin 2019 et dernières pages jaunes fin 2020.

Cette nouvelle, on s’y attendait puisque l’annuaire – ou « bottin » pour les intimes – est largement concurrencé non pas par le minitel ou les numéros surtaxés commençant par 118 mais par Internet bien sûr.

Les Pages Jaunes (Groupe Solocal) sont d’ailleurs, elle-même, largement présentent sur la toile. Un français sur deux consulte l’annuaire professionnel en ligne (21 millions de visites par mois). Pour autant Solocal peine depuis plusieurs années à faire évoluer son modèle économique (le chiffre d’affaire du groupe a reculé de 9,3 % l’année dernière).

Produits à l’étranger depuis plusieurs années, les annuaires sont de moins en moins nombreux à être distribués. Il n’est donc rien d’étonnant à ce qu’ils tirent leur révérence. Un adieu qui se fera en habit du dimanche : Solocal produira une version collector de cette dernière édition. Le groupe l’a bien compris : l’annuaire est un objet culturel et usuel…

De Philippe Noiret expliquant les bonnes pratiques de l’interrogatoire-qui-ne-laisse-pas-de-traces dans le film Les Ripoux (1984) aux détenteurs de record qui ont obtenu leur titre en déchirant des bottins, voilà bien un objet imprimé qui fait partie de nos mémoires. Sur lequel on s’est assis pour gagner quelques centimètres  – si du moins on a plus de 30 ans. Google rend bien des services mais certains restent en dehors de ses compétences…

Gageons qu’il y aura des collectionneurs pour cette dernière édition et chose paradoxale si ces derniers veulent leur exemplaire il faudra le commander… en ligne.

Invitation Livre Paris 2019

L’Agence Régionale du Livre & de la Lecture des Hauts-de-Francel’Association éditeurs des Hauts-de-France et l’Union Nationale des Industries de l’Impression et de la Communication vous invitent pour une table ronde le dimanche 17 mars de 16h30 à 17h30 sur le stand Hauts-de-France D46 – E46 du SALON DU LIVRE PARIS 2019 :

Editeurs indépendants & imprimeurs: Comment favoriser les circuits courts? Innovation, durabilité, proximité.

Venez échanger avec GEORGES SANEROT, ancien Président du groupe Bayard, Président du comité de pilotage des « Assises 2020: les défis de la production de livres en France » et JEAN-PHILIPPE ZAPPA, ambassadeur du livre pour la filière graphique.

N’attendez pas ! Inscrivez-vous le nombre de places est limité.

Nous tenons à la disposition de nos adhérents des invitations pour la soirée inaugurale du jeudi 14 ou des entrées gratuites pour les autres jours envoyez vos coordonnées à: contact@uniic.org. Nous serons heureux de vous les faire parvenir dans la limite des places disponibles.

AFIP 2019 : bienvenue dans le monde de l’imprimé fonctionnel

L’AFIP 2019 aura lieu du 27 au 28 mars à Düsseldorf.

Organisé par l’ESMA (European Screen Printing Manufacturer Association), cet événement se consacre à l’imprimé fonctionnel. Il regroupe des fournisseurs et des experts européens spécialisés dans l’imprimé connecté, l’imprimé de sécurité, l’impression anti-contrefaçon, l’impression de faces-avant actives de batteries, etc. bref tout ce qui fait que l’imprimé se développe comme un procédé essentiel et innovant pour les grandes industries comme l’automobile, le médical ou encore l’aéronautique.
Il suffit de jeter un œil au applications listées si dessus pour avoir une idée du potentiel de ce type d’imprimés, une opportunité qui fait écho au projet Eipit porté par l’UNIIC, l’IDEP et le CTP.

Jetez un oeil au programme.

Des conférences de très haut niveau, des visites d’entreprises que demander de plus ? Tout est inclus donc n’hésitez pas inscrivez-vous !

L’UNIIC a négocié pour ses adhérents un tarif préférentiel. Contactez-nous pour obtenir le code: julie.chide@uniic.org

Vers une convergence des champs conventionnels…

L’État, depuis de longues années, s’est fixé pour objectif de redéfinir les périmètres conventionnels (conventions collectives) de secteurs dont chacun s’accorde à reconnaître que la dispersion rend difficile leur visibilité et attractivité… 

C’est ainsi qu’une perspective chiffrée a été fixée par les pouvoirs publics : passer de 750 branches à 250, voire moins, et supprimer conventionnellement les secteurs comptant moins de 5000 salariés.

La méthode proposée pour parvenir à cet objectif a été de consulter les branches par le biais des organisations interprofessionnelles et de déterminer les cohérences économiques et sociales existant entre secteurs relevant de conventions collectives disparates.

L’UNIIC, (aidée par le Medef pour la partie employeur) a pris toute sa part à ce débat et a été entendue sur les axes de convergence entre plusieurs secteurs dont celui de la sérigraphie et des procédés d’impression numérique connexes (IDCC 614).

Cette première étape (consacrée par l’arrêté de fusion du 23 janvier 2019) qui en appelle d’autres, ne signifie nullement la neutralisation des spécificités de chacun mais constitue la première pierre de la « maison de tous » avec les conséquences qui y sont liées en termes de formation, de compétences, d’emploi et d’accompagnement des entreprises et des salariés…

Arrêté du 23/01/2019

C!Print

Pour bien commencer l’année L’UNIIC et ses partenaires vous donnent rendez-vous sur C!Print.

L’UNIICIDEPImprim’vertAmigrafCTPGrenoble INP PAGORA et bien d’autres vous attendront du 5 au 7 février à Eurexpo Lyon sur le salon C!Print, stand 2R40.

Toute la force du collectif sera là. Conseil social, environnement, santé et sécurité, formation, formation à distance, labellisation. Nous vous proposerons un programme de workshops sur notre stand pendant les 3 jours.

  • Tous les jours à 11h découvrez comment valoriser vos déchets avec des initiatives créatives et innovantes.
  • Tous les jours à 14H nous vous parlerons formation à distance.
  • Le 5 février à 15h vous saurez tout sur Print’Ethic : Le label RSE des industries graphiques sur notre stand
  • Le 7 février à 15h nous vous disons tout sur le RGPD sur notre stand.

Nous vous donnons également rendez-vous sur l’espace conférence pour faire le point sur la veille réglementaire et pour parler circuit courts, relocalisation et logique de territoire.

Notez bien la date et demandez votre badge avec votre code Invitation dédié : P-UNIICCPL19.