Un accord majeur dans le secteur graphique

Depuis le début de la pandémie, tous les acteurs du paritarisme (collège employeurs et collège salariés) se sont mobilisés aux côtés des pouvoirs publics nationaux et territoriaux pour en limiter les conséquences économiques et sociales. A ce titre, le dispositif d’activité partielle de droit commun mis en place par l’Etat a joué un rôle incontournable d’amortisseur social complété, pour notre secteur, par les mesures exceptionnelles décidées au profit des salariés et des entreprises (Lourmel, Plan anti crise de l’OPCO-EP par exemple). C’est dans ce contexte inédit que l’UNIIC et l’ensemble des membres de la CPPNI (Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation) ont estimé nécessaire et urgent de passer à une seconde étape attendue par les entreprises et les salariés et ce pour préparer au plus vite la relance adossée à la préservation des compétences-clefs et des emplois.

C’est sur le fondement de ce diagnostic partagé que nous avons souhaité mobiliser le dispositif spécifique d’activité partielle créé par la loi du 17 juin 2020.

L’accord signé le 16 novembre est accompagné d’un document-type qui sera à adapter au contexte spécifique de chaque entreprise.

En l’absence d’accord d’entreprise, cet accord de branche dont nous accompagnerons la mise en œuvre sur le terrain, permettra d’offrir aux TPE/PME un outil ré-appropriable par elles et susceptible de recevoir l’homologation des Direccte.

Nous aurons l’occasion de revenir sur le contenu et la portée de cet accord en le détaillant sous la forme d’un flash questions/réponses. Mais avant cette diffusion générale et les appuis-conseils qui y seront associés, l’UNIIC souhaite saluer le comportement des organisations syndicales qui ont placé comme toutes parties signataires, la préservation des compétences et des entreprises au cœur de leurs diverses contributions à l’élaboration de cet accord majeur.

Forts de cette étape essentielle, les partenaires sociaux de la branche se sont engagés à poursuivre leurs discussions de façon à coconstruire un accord formation à la hauteur des enjeux adressés au secteur et ce dans la perspective d’accompagner la relance…

A ce stade, il convient de rappeler que l’accord qui vous sera transmis (en version commentée pour les adhérents de l’UNIIC) :

  • suit désormais la voie de son traitement administratif (demande d’extension auprès de la DGT).
  • Ne remet pas en cause les négociations engagées ou abouties
  • Peut servir d’aide à la négociation avant son entrée en vigueur pour celles des entreprises qui ont décidé de se positionner sur le dispositif APLD en misant sur la préservation des emplois et l’élargissement des compétences.

Le succès de cette initiative forte se mesurera à sa traduction opérationnelle dans les entreprises avec le dialogue social qui doit accompagner ce type de dispositif qui fait le pari de préserver l’avenir…