ENERG’IIC – Pour accompagner la relance des entreprises du secteur

C’est après avoir pris la mesure des besoins de nos adhérents qu’il nous a semblé important et indispensable de concrétiser un dispositif d’Engagement National pour une Relance Guidée des Industries de l’Impression et de la Communication.

Organisée autour de diagnostics 360°, ENRG’IIC’ vise à accompagner les entreprises du secteur dans une démarche guidée autour des sujets prioritaires qui les intéressent, voire même d’intervenir en appui des plans stratégiques qui sont déjà formalisés.

L’objectif de ce dispositif est de :

  • Recenser les forces et faiblesses des entreprises ciblées.
  • Identifier les opportunités de développement.
  • Proposer un plan d’action adapté à la situation de l’entreprise.

Le questionnaire d’entretien conçu « avec des tiroirs » sera utilisé en fonction des thématiques prioritaires pour l’entreprise.

Les experts désignés par la branche se déplaceront en entreprise pour commencer le travail d’audit. Il s’agit d’avoir un temps d’échange approfondi (mission de 3 jours par entreprise, comprenant audit, analyse, rapport) avec la direction de l’entreprise pour bien comprendre les enjeux et les opportunités qui s’offrent.

Construit et porté par l’UNIIC avec l’appui de l’OPCO et des partenaires sociaux de la CPNEFPIIG, ENRG’IIC est un dispositif de branche mis en œuvre dans les régions.

Contact :
Richard NAVEZ – richard.navez@uniic.org

Dispositif PRO-A : la promotion ou reconversion par l’alternance

La pandémie a remis en lumière la nécessité d’identifier des reconversions ou transitions possibles pour les entreprises et leurs salariés dans un contexte devenu aléatoire. L’UNIIC a conçu avec les partenaires sociaux un outil permettant d’accompagner par la voie de l’alternance les promotions, les mutations et reconversions rendues encore plus nécessaires par la transformation du paysage graphique.

Centré sur l’accompagnement des salariés en CDI dont le niveau de qualification est inférieur à la licence, il s’agit de pouvoir faciliter le recours à des formations certifiantes ou diplômantes. Une liste définie par la branche est annexée à l’accord PRO-A. Organisée en alternance, la formation d’un minimum de 150 heures associe périodes de travail en entreprise en lien avec les qualifications visées et périodes de formation théorique dispensées par un organisme de formation.

Ces formations bénéficient d’une prise en charge par l’OPCOEP sur les fonds de la professionnalisation, ce qui donne des moyens de financement nouveaux et complémentaires pour les actions de formation que l’entreprise souhaite mettre en œuvre.

Contact :
Richard NAVEZ – richard.navez@uniic.org

 

OPCO-EP

Suite à l’article paru dans la presse professionnelle concernant l’OPCO-EP, la branche professionnelle des Industries graphiques soutenue majoritairement  par son organisation patronale l’UNIIC, a souhaité apporter quelques précisions :  

S’il a bien quitté AGEFOS-Pme, Bernard Trichot reste Directeur de l’IDEP. Malgré la pandémie et ses conséquences financières nous n’avons constaté aucune défaillance dans la continuité des services de l’OPCO. La collecte, même si elle est légèrement amoindrie transitoirement, ne réduira en rien les droits des entreprises et des salariés dont l’accompagnement est assuré pour l’instant par le même réseau de proximité de qualité auquel nous voulons rendre hommage ici. Notre rattachement  à un opérateur de compétences dont le périmètre a été, pour partie, décidé par l’État n’a pas été simple : comme pour les dix autres Opco qui ont dû faire face à une nouvelle  organisation, il a fallu apprendre à se connaître pour pouvoir imposer le principe de l’unité dans la diversité et l’UNIIC a été, dès le début et reste, en première ligne pour veiller à ce que notre branche ne subisse aucune perte d’identité. Administrateur patronal, je me bats chaque jour aux côtés des administrateurs salariés pour plaider la prise en compte des spécificités liées aux métiers de l’imprimerie et de la communication avec un impact grandissant, appuyé efficacement par les syndicats salariés et patronaux. L’UNIIC travaille d’ailleurs sur les contenus d’une formation à distance adaptée à une sortie de crise des acteurs de la branche, formation qui fait partie du plan anti-crise mis en place par l’OPCO-EP pour toutes les branches de son périmètre…  À un moment où nous avons tous besoin des outils d’accompagnement de nos entreprises et de nos centres de formation, je reste avec les syndicats, tant salariés que patronaux, en état d’alerte sur le sujet afin de garantir l’offre de services qui fait de cette branche un secteur innovant en termes de formation.

René Anélot, Président des Commissions Paritaires et Administrateur OPCO-EP Collège patronal.

Mondial des Métiers : s’imprimer pour exister !

Le Mondial des Métiers fut, cette année encore, l’occasion pour les Industries Graphiques d’élaborer une vitrine attrayante et animée. Le stand de 90 m² construit par l’IDEP, avec l’appui de l’UNIIC, du SNCD, de Fespa France, de l’OPCO EP, de Grenoble INP-Pagora ainsi que des lycées et CFA de Rhône-Alpes, a ainsi accueilli de nombreux (jeunes) visiteurs, non sans manquer de les immerger dans une drôle d’expérience…

Il y a bien sûr les immanquables démonstrations effectuées sur place (prépresse, atelier de sérigraphie, animation filmbook…), un imposant carrousel de produits imprimés, mais il a aussi ce curieux igloo… Si l’on est face à lui d’emblée plutôt interrogatif, sa fonction “expérientielle” a tôt fait de se faire plus claire : de jeunes volontaires se font bander les yeux avant de rentrer dans l’igloo, où ils sont assis face à une table basse. On leur demande alors d’imaginer qu’on y a disposé différents produits : une bouteille de lait, une boite de chocolats, un catalogue etc. Le temps de stimuler leur imaginaire pour que ces derniers visualisent la scène, on leur ôte ensuite leur masque, ces derniers découvrant effectivement les produits qu’on leur avait listés… Neutres de toute impression. Des objets blancs, anonymes, dont il ne reste guère que les formes. Vient alors le moment de les laisser s’exprimer : s’attendaient-ils à ça ? Les “Non” fusent, ces derniers évoquant des choses plus colorées, mieux identifiées, plus attractives, plus “vivantes”… Plus imprimées, en somme. Et pourtant, leur rétorque-t-on : voilà ce que seraient nos objets du quotidien si les métiers de l’impression n’existaient pas. La démonstration est limpide et rappelle combien, en marge des segments en tension ont on parle beaucoup (via notamment les difficultés que subit de la Presse écrite), l’impression est partout, à la fois indispensable et protéiforme.

Une expérience ludique qui souligne l’essentiel et qui n’a pas manqué de susciter des sourires convaincus. C’est là tout le paradoxe d’une “belle vitrine” qui aura gagné à être, pendant quelques minutes, plongée dans le noir…

Santé & Sécurité l’UNIIC vous accompagne

Deux Conventions Nationales d’Objectif vous permettent de bénéficier d’aides substantielles pour réaliser vos projets en matière de Santé & Sécurité au travail.

Luttez contre les Troubles Musculo Squelettiques (TMS)

Cette aide s’adresse exclusivement aux petites et moyennes entreprises de 1 à 49 salariés en France. Elle vous permet d’acheter du matériel et/ou des équipements pour réduire les contraintes physiques en particulier lors de manutentions manuelles de charges, d’efforts répétitifs ou de postures contraignantes, mais également la réalisation de formations adaptées pour les salariés concernés.

Plafonnée à 25000 €, TMS Pros Action finance à hauteur de 50 % cet investissement hors taxes (HT) pour un minimum de 2000 € HT.

  • Etape 1 : réservation sur devis.
  • Etape 2 : Confirmation sur bon de commande.
  • Etape 3 : Versement de l’aide sur présentation de la facture.

Imprimerie de labeur: tout est dans le nom. Les manutentions manuelles sont légions dans nos entreprises alors lancez-vous, équipez-vous, l’UNIIC vous aide.

L’UNIIC vous accompagne

Ce soutien est issu d’une Convention Nationale d’Objectif transverse conclue par l’UNIIC (seule organisation représentant le labeur reconnue par la CNAM). Elle concerne le labeur mais également les autres techniques d’impression.

Mais cette Convention va plus loin puisqu’elle permet à l’ensemble de nos TPE et PME de bénéficier d’aides substantielles relatives à leurs projets en matière de santé et de sécurité au travail y compris des investissements matériel qui améliorent l’environnement de travail (machine plus silencieuse par exemple). Les formations aux premiers secours sont gratuites pour les entreprises cotisant aux AGEFOS PME CGM.

Enfin, l’UNIIC vous propose ses solutions de diagnostic et d’accompagnements pour vous aider dans le montage de vos projets.

Que demandez de plus ? Alors allez-y foncez !

Pour tout renseignement, contactez chantal.richardeau@uniic.org, Responsable Santé & Sécurité

Print’Story – Episode 59

Antoine et Serge sont ravis de se retrouver en chair et en os. Antoine était en voyage en Chine la semaine dernière et les échanges par Wechat n’étaient pas des plus simples. Après avoir partagé quelques anecdotes sur son incapacité à manger avec des baguettes et quelques souvenirs de l’atterrissage sportif du vol retour, Antoine demande à Serge des nouvelles de l’atelier et plus particulièrement du poste de massicotier, conducteur de plieuse.

Avons-nous des candidats ?

En fait, Antoine cherche depuis un moment maintenant un candidat pour conduire le massicot et la plieuse et on ne peut pas dire qu’il y ait foule… D’autant qu’il n’est franchement pas sûr de trouver quelqu’un d’aussi efficace qu’Éric, le jeune intérimaire qui était là le mois dernier.

Ça tombe bien Serge lui apprend qu’Éric est en train de passer un double CQP de massicotier et de conducteur de plieuse.

Voilà qui serait parfait, il pourrait postuler au poste à pourvoir. Mais si Antoine se félicite qu’on ait enfin trouvé un candidat pour le poste, il se demande ce qu’il peut en attendre…

Mais au fait :

Qu’est-ce qu’un CQP ?
Qu’est-ce qu’un bloc de compétences ?
Combien de CQP différents existe-t-il ?
Qui est concerné ?
Où se renseigner ?
Faut-il suivre une formation ?
Quelle reconnaissance pour son titulaire ?

Pour lire les réponses de l’UNIIC, rendez-vous dans la rubrique dédiée.

Réponses élaborées par Nadège Ravier, en charge des CQP et Richard Navez, responsable du service Emploi, Formation & compétences de l’UNIIC – richard.navez@uniic.org

22ème MONDIAL DES MÉTIERS : une belle vitrine pour présenter les savoir-faire de la filière graphique en Auvergne-Rhône-Alpes.

119 236 visiteurs, principalement des jeunes et leurs familles sont venus pendant 4 jours à la rencontre des métiers.
L’UNIIC, FESPA France et l’IDEP ont choisi ce salon pour présenter la variété des métiers du secteur ainsi que l’offre de formation en Région.
Animé avec les 4 établissements du réseau des CFA de l’imprimerie, la SEPR, le lycée La Fayette, le lycée Etienne Mimard et Grenoble INP-PAGORA, le stand a permis de faire redécouvrir au public la variété des domaines d’application de l’imprimerie.
Ainsi, un carrousel géant était-il dressé sur le stand présentant toutes sortes d’imprimés (livre, magazine, boites, cosmétiques, sachets pour l‘agroalimentaire, électronique imprimée…). Ces exemples très concrets pour le grand public ont permis de présenter les métiers techniques qui interviennent pour leur réalisation, tout au long de la chaîne graphique.

En complément de la présence sur le stand des professionnels et des enseignants, la communication qui a eu le plus d’impact était celle faite par les jeunes en formation à nos métiers. Ils sont venus parler aux jeunes visiteurs de leurs expériences, leurs passions. Le stand a permis d’accueillir également l’imprimeur Jérémy KOOTZ (22 ans) médaillé d’or aux Olympiades des métiers qui est venu expliquer aux visiteurs son parcours, ses ambitions.
Enfin, une communication dédiée a été réalisée à cette occasion par les jeunes pour les jeunes. Ainsi, les élèves du lycée La Fayette ont-ils créé la plaquette du stand présentant les métiers, tandis que ceux de la SEPR ont réalisé les fichiers personnalisés utilisés sur l’Expresso Book Machine qui était en démonstration sur le stand. Associés aux Industries de l’Impression et de la Communication Graphique, les métiers de la sérigraphie, de l’enseigne/signalétique et de la photographie étaient également présents sous forme de réalisations de travaux d’élèves.

Un bel exemple de collaboration réussie pour valoriser nos métiers et intéresser les jeunes à en savoir plus lors des journées portes ouvertes des établissements de formation de la Région.

Taxe Apprentissage 2018 : apportez votre soutien aux centres de formation du secteur

Rappel : Versement avant le 1er Mars 

Les réformes successives de la taxe d’apprentissage ont renforcé les missions des conseils régionaux dans le financement et l’équipement des établissements de formation. En ayant plus d’établissements à financer, les régions cherchent à récupérer les contributions issues des secteurs professionnels, notamment les “fonds libres” de taxe d’apprentissage non affectés.

Nous devons être particulièrement vigilants à ce que les fonds issus de la profession retournent aux établissements qui préparent les jeunes à vos métiers.

Rappelons en effet que la Taxe d’Apprentissage est la seule contribution obligatoire dont le chef d’entreprise peut choisir le bénéficiaire.

Ainsi, au moment de remplir le bordereau de collecte Taxe d’Apprentissage d’AGEFOS PME CGM, nous attirons votre attention sur la nécessité d’indiquer au bas de page 1 du formulaire, dans l’encadré C, les noms des établissements de formation bénéficiaires de tout ou partie de votre contribution apprentissage.

Les bordereaux de Taxe d’apprentissage sont à télécharger sur cette page. (Colonne de droite “DOCUMENTATION / LIENS”)

 

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à contacter Corinne MANTOT, votre référent “apprentissage” au 06 81 46 82 06 ou par mail  richard.navez@uniic.org

> Téléchargez la liste des CFA PARTENAIRES SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE <

Print’Story – Episode 31

Au travers de ces problèmes d’heures supplémentaires, Antoine se rendait bien compte qu’il manquerait de conducteurs offset dans un proche avenir.

Il se souvenait avoir vu passer dans le courrier les bordereaux pour la collecte de la taxe d’apprentissage et il se demandait s’il ne serait pas judicieux de reprendre un ou deux apprentis en prévision. Il demanda à Cathy de faire venir Claude et Serge un instant dans son bureau pour en parler :

  • Je pense qu’il faut que nous reprenions un, voire deux apprentis pour compenser le départ d’Étienne mais aussi ceux à venir. On ne pourra pas jongler éternellement avec les HS ni même en allongeant les horaires.
  • Je suis d’accord avec vous dit Serge, en plus ça nous apporterait de la souplesse pendant les congés ou les absences mais avant qu’ils soient opérationnels il y en a pour un moment… Et n’oublions pas que si on veut s’en occuper sérieusement c’est une perte de temps au début…
  • Je sais mais il faut bien commencer par là si on veut faire du prévisionnel. En même temps rien n’empêche de  chercher un conducteur. D’ailleurs Cathy doit avoir quelques candidatures spontanées sous le coude, je vais lui demander qu’elle nous ressorte les plus récentes. Claude, vous pouvez contacter le CFA et leur demander de nous envoyer des candidats s’ils en ont ?
  • Pas de problème, je m’en occupe et je vais essayer aussi de trouver les nouvelles conditions car je crois que ça a évolué dernièrement. À propos, il faudra me dire à qui verser les fonds libres cette année ?
  • Je vais voir ça mais je crois que l’UNIIC a donné des consignes à ce sujet.

Mais au fait :

Comment faire pour recruter un apprenti ?

Quelles sont les formalités et démarches à effectuer ?

Quelles aides financières pour l’employeur ?

Quels sont les taux de rémunérations ?

Pourquoi verser sa Taxe d’Apprentissage à AGEFOS PME-CGM ?

Pour lire les réponses de l’UNIIC, rendez-vous dans la rubrique dédiée.
Réponses élaborées par Corinne MANTOT, Chargée de mission apprentissage à l’IDEP, c.mantot@com-idep.fr et Richard NAVEZ, Responsable formation à l’UNIIC,  richard.navez@uniic.org