Du numérique en toute chose…

« Il faut de la mesure en toute chose » voilà ce que nous inspire la préparation de la rentrée scolaire 2019-2020. Le site de la Région île de France nous apprend en effet que : « La Région dotera tous les lycéens et leurs professeurs de manuels et ressources pédagogiques papier ou numériques ».

Si le soutien annoncé se veut neutre quant au support – numérique ou papier –, à la lecture des quatre principes qui régissent l’action de la Région, nous sommes plus dubitatifs. L’aide est ainsi explicitement conditionnée au « virage numérique pour que tous les lycées professionnels deviennent 100 % numérique et qu’au moins la moitié des lycées généraux et technologiques le deviennent aussi. »

La Région ne semble absolument pas tenir compte des retours d’expérience nombreux et études tout aussi nombreuses qui mettent en avant les effets pervers d’un apprentissage « 100 % numérique ». Citons notamment une étude signée de l’OCDE – qu’on aura du mal à qualifier d’anti-numérique – qui, dès 2015, écrivait ceci noir sur blanc :

– Les ressources investies dans les TIC dans le domaine de l’éducation ne sont pas liées à une amélioration des résultats des élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences.

– Dans les pays où il est moins courant pour les élèves d’utiliser Internet à l’école dans le cadre du travail scolaire, la performance des élèves en compréhension de l’écrit a connu une amélioration plus rapide que dans les pays où cette pratique est plus répandue, en moyenne.

– Dans l’ensemble, la relation entre l’utilisation des ordinateurs à l’école et la performance s’illustre graphiquement par une courbe en forme de U inversé, qui suggère qu’un usage limité des ordinateurs à l’école peut être plus bénéfique que l’absence totale d’utilisation, mais que les niveaux d’utilisation supérieurs à la moyenne actuelle des pays de l’OCDE sont associés à des résultats significativement plus faibles.

… Et nos interrogations se portent sur un deuxième point que nous avions évoqué dans un article précédent (Des manuels scolaire IOS et ANDROID) : le transfert de charges. Si ici des investissements importants sont annoncés pour équiper les lycées, il est précisé que cet équipement revêt un caractère d’urgence : « Un pool de tablettes ou d’ordinateurs sera mis à disposition dans chaque lycée pour parer aux urgences et éviter qu’un élève se retrouve privé d’équipement sur une trop longue période. Des jeux de manuels papier seront également mis à disposition dans les CDI ». Que faut-il comprendre par « cas d’urgence » ? Une Mise à disposition temporaire avant de nécessaires investissements ? Le principe selon lequel chaque élève est – ou « sera », à terme – équipé en numérique à son domicile pour accéder au contenu pédagogique est probablement une source d’inégalité nouvelle. Là où le manuel physique donne accès en tout lieu et sans condition aux contenus pédagogiques relevant du programme scolaire, les écrans dépossèdent : il s’agit, moyennant les capacités de connexion adéquates, d’un droit d’accès devenu limité ou révocable. La numérisation totale et la course à la dématérialisation en tant qu’innovation ultime n’est-elle pas en train de créer en marche forcée de nouvelles inégalités profondes ?

Clic.EDIt : des tests concluants

Conçu et porté par le SNE (Syndicat National de l’Edition) et l’UNIIC, Clic.Edit a pour objectif de mettre en place un langage commun visant à faciliter, accélérer, standardiser et sécuriser les échanges de données informatisées entre tous les acteurs de la chaîne de fabrication du livre.

La version expérimentale testée par douze binômes (éditeur-imprimeur) couvrait trois grands modèles d’échange de commande : prépresse, impression et papier. Les résultats de ces tests ont été riches d’enseignements sur le langage, mais également sur l’organisation à mettre en place dans les entreprises pour utiliser ces nouvelles fonctionnalités.

La V1 est en préparation et permettra de tester la commande mais aussi la facturation et la livraison.

Pour en savoir plus lire le communiqué de presse Clic.EDIt.

Le livre et le droit d’auteur en fête

Officiellement datée au 23 avril, la Sant Jordi (Saint Georges en France) ne porte rien de moins que la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. La tradition a d’abord voulu qu’on offre en ce jour une rose, avant d’y adjoindre un livre dans les années 1920. C’est aujourd’hui l’occasion de manifestations dédiées au livre partout dans le monde, comme celle notamment portée et relayée cette année par Arctic Paper : « L’idée, initiée par l’association Verbes en partenariat avec les Editions Gallimard, prend cette année la forme d’un livre d’artiste ; un fac-similé d’un véritable trésor de l’édition française. Tiré à 16 exemplaires à l’origine, en 1947, il présente en parfaite alchimie, les onze gravures sur bois de Serge Rezvani et le poème « Elle se fit élever un palais », de Paul Eluard ». Un livre que vous pourrez vous voir offert dans chaque librairie indépendante participant à l’opération intitulée « Un livre, une rose », le samedi 27 avril.

« Le fac-similé a été reproduit, en réduction, à partir de l’exemplaire no 13/16. Il est composé de 40 pages non reliées, contenant les onze gravures accompagnées harmonieusement par le poème « Elle se fit élever un palais » par Paul Eluard. L’impression des 28.500 ex a été assurée par La Manufacture d’Histoires Deux-Ponts, sur le papier design Munken Lynx Rough 170 et 300 g/m². Le Munken Polar Rough 120 g/m² a également été utilisé pour le livret de texte de 24 pages Le papier est fabriqué par Arctic Paper Munkedals » précise le communiqué de Presse d’Arctic Paper.

 

Si le 23 avril sera donc certainement l’occasion de célébrer la littérature au travers de différentes opérations – ou, pourquoi pas, de poursuivre les récents débats dédiés au droit d’auteur – ne manquez pas de prolonger la fête, en vous rendant le 27 avril chez un libraire indépendant partenaire…

Lien utile : la liste des librairies participant à l’opération.

… Et en bonus : A l’occasion de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur, redécouvrez, sur le site de l’INA, cette incroyable interview d’un étudiant qui, en 1964, déclarait son opposition au « Livre de poche » et revendiquait une « élite des lecteurs ».

Livre & développement durable, débats en deux temps

Après deux journées de rencontres et d’échanges dédiées au « Livre durable », tout d’abord à la Bibliothèque Nationale de France le 4 décembre dernier, et plus récemment au Centre National du Livre ce 28 mars, c’est peu dire que le Livre interroge actuellement ses axes de progrès à l’aune des exigences éco-responsables qui fondent l’époque. Si la première journée était dédiée à faire le point sur les initiatives de filière, la seconde s’attachait à définir le rôle (grandissant ?) de la puissance publique, non sans mettre en lumière de nombreux objectifs communs…

« Il s’agit à la fois d’éco-concevoir, de bien choisir son papier, de bien choisir son imprimeur & son procédé d’impression, de faire les bons choix de réimpression, d’être attentif à la gestion des stocks, d’intégrer le transport dans sa problématique de production et de faire les bons choix liés au travail de promotion » énumère Pascal Lenoir, Président de la Commission Environnement et Fabrication du Syndicat national de l’Édition (SNE), qui énonce là les sept recommandations prioritaires établies par le SNE, dans l’optique de faire rimer, autant que faire se peut, Livre et éco-responsabilité. Un travail qui nécessite en parallèle un échange constant avec l’ensemble des acteurs de la Filière, pour déterminer au mieux et au plus juste des bonnes pratiques qui, heureusement, ne sont pas figées dans le temps. Rappelant que, selon les statistiques de la Banque de France, « 179 entreprises déclarées fabriquent du livre en France », Pascal Bovéro, Délégué général de l’UNIIC, ajoute que « l’essentiel du chiffre d’affaires du livre dans l’hexagone (environ 300 millions d’euros, ndlr) est assuré par une quarantaine d’opérateurs industriels ». Une relative concentration encore largement issue d’une massification structurante, mais que doit venir contrarier une volonté de raccourcissement des circuits de production et de diffusion, là encore caractéristique de l’époque… « L’hyper réactivité doit bénéficier à toute la chaîne : il nous faut passer d’une logique de stock à une logique de flux » fait entendre Pascal Bovéro, soulignant à ce titre que « la logistique et le transport doivent faire partie de notre offre commune ».
Sur le plan strictement environnemental – lequel concentre encore une large part des débats – « On est passé de l’ère de la correction – respecter la loi – à une ère d’amélioration, consistant à progresser et s’adapter aux nouvelles technologies » résume Matthieu Prévost, Responsable environnement pour l’UNIIC et animateur national de la marque Imprim’vert. Ainsi les différents labels et autres certifications ont-il permis l’édification d’une dynamique complémentaire entre l’approche dite « site » (Imprim’vert, normes ISO…), l’approche « produit » (PEFC, FSC, Papier recyclé, Ecolabel…) et le développement relativement récent des bilans carbone (ClimateCalc). Au risque d’empiler les mentions difficile à décrypter, le secteur s’est donc emparé d’une forme d’auto-responsabilisation, en anticipant souvent les exigences attachées au support imprimé. Au chapitre des fausses pistes, toutefois, il faut probablement noter un emballement vis-à-vis du papier recyclé, trop souvent désigné comme une solution miracle alors qu’il ne saurait s’intercaler partout et sans limite. Les raisons en sont simples : la boucle de recyclage nécessite un apport constant de fibres vierges d’une part, et nombre de produits imprimés ne sont pas (ou peu) éligibles au papier recyclé, pour des raisons souvent techniques.

Vincent Monadé, Président du CNL, regrettait, en ouverture des débats de la seconde journée, « que nous continuions trop souvent à imprimer dans des pays où le développement durable est loin d’être une priorité ».

Mais l’originalité de cette double journée consistait en la mise en avant quasi-intégrale de la chaîne du livre, sur une thématique habituellement plutôt « confisquée » par un cercle restreint d’experts, certains admettant d’ailleurs ne pas être habitués à prendre la parole… « Quand on nous demande ce qu’est un auteur éco-responsable, on est un peu décontenancé » explique Hélène Rajcak, auteure et illustratrice, passée notamment par l’école Estienne. « On a l’impression que ces questions appartiennent surtout en amont aux fabricants, ce qui peut d’ailleurs être une frustration, parce qu’on a le sentiment de ne pas vraiment pouvoir agir là-dessus » développe-t-elle. Or, sur les éternelles questions de sur-publication – plus de 68 000 nouveautés parues, selon les données Electre/Livre Hebdo, en 2017 – ou même sur des problématiques plus techniques, certainement faut-il convoquer un maximum d’expertises, dans ce que Pascal Lenoir définit de la sorte : « Réduire le delta entre ce qui est fabriqué et ce qui est vendu ». Pourtant, selon Guillaume Husson, Délégué général du Syndicat de la Librairie française (SLF), « avec un taux de retour moyen de 18,8 %, nous sommes encore loin de ce qu’affiche la grande distribution par exemple. mais c’est encore trop » concède-t-il. L’occasion également pour lui de déborder – déjà – sur le possible concours de l’action publique, qu’il juge en l’état partiellement contre-productive… « Les circuits courts sont interdits pour des raisons de loi de la concurrence. C’est une aberration économique, dans la mesure où les commandes locales devraient prioritairement bénéficier aux entreprises locales ». De même qu’à ses yeux, la vente en ligne génère « des commandes éclatées dans des camions vides, avec des cartons qui ne sont, la plupart du temps, pas recyclés ». L’objectif est toutefois clairement identifié, avec ses écueils, puisque Patrick Volpilhac (Directeur de cabinet du Président de Région Nouvelle-Aquitaine) dit avoir mis en place, en marge d’un contrat de filière régional, « une logique d’accompagnement économique visant à soutenir le tissu industriel local, face notamment à l’Espagne sur la fabrication du livre » en réaction à un autre constat, implacable celui-là, d’une « hausse des recours à des imprimeurs de l’Europe de l’Est : République Tchèque, Pologne etc. » Ainsi pourra-t-on toujours s’assurer que les problématiques observées sont les bonnes, de sorte à ce que les solutions de relocalisation/réindustrialisation en format « circuit court », comme imminemment testées en région Hauts-de-France, bénéficieront d’une oreille particulièrement bienveillante et attentive…

Retour sur Livre Paris 2019

Dans ce que l’organisation du salon qualifie de « contexte et actualité sociale tendus », Livre Paris enregistre une légère baisse de sa fréquentation (- 2 %) avec 160 000 visiteurs enregistrés. Après deux années consécutives de baisses globales – mais relativement contenues – des ventes de livres en France, l’événement reste cependant un lieu de débat privilégié, et ce probablement d’autant plus que les difficultés identifiées appellent justement à échanger. Retour express et en images sur quelques-unes des problématiques évoquées durant ces quelques jours…

« Comment favoriser les circuits courts ? », un débat animé sur le stand des Hauts de France…

« Le marché du livre français se situe dans le trio de tête européen, ce qui souligne des résultats et un intérêt pour la lecture plutôt bons. En revanche, sur le plan de la fabrication du livre, la France n’arrive qu’à la 6ème, voire 7ème place européenne » regrette Georges Sanerot (ex-président du directoire du groupe Bayard et Président du comité de pilotage des Assises du Livre), ne manquant pas dans la foulée de rappeler les urgences du présent : « Demain, nous allons devoir intégrer les enjeux de proximité et c’est à nous de prendre les devants ». Or, « prendre les devants », c’est tirer les leçons de ce genre de constats pour « faire émerger dix chantiers concrets », promet-il, nous donnant même rendez-vous pour un « bilan » autour de mai/juin prochains, avec la volonté notamment de protéger un réseau de librairies précieux. « Il faut éviter à tout prix de reproduire ce qui se passe dans la Presse, où plus de 900 points de vente ferment chaque année » alerte-t-il en effet. « A nous de trouver de nouvelles hypothèses de réponse pour passer du constat partagé aux solutions, en y intégrant les données économiques pertinentes, en questionnant la pertinence des aides européennes etc. » Georges Sanerot faisant ici notamment référence aux aides directes et indirectes (aides à l’investissement matériel et aides infrastructurelles) dont certains pays peuvent bénéficier au titre des fonds structurels européens, avec les conséquences qui y sont associées en termes de différentiation coût et d’avantages concurrentiels déloyaux. Rappelons d’ailleurs à ce titre qu’une étude portant sur les différentiels de compétitivité affectant le marché du livre est actuellement en réflexion…

 

Comment préserver la diversité éditoriale sans conduire à une surproduction ? Avec Bruno Caillet (Madrigall), Stéphane Marsan (auteur et éditeur), Anne-Laure Walter (Livre Hebdo), Marie Sellier (SGDL) et Grégory Sapojnikoff (librairie Le Bonheur).

Publie-t-on trop de livres en France ? Si la question est régulièrement posée, c’est bien parce qu’avec 68 199 nouveautés publiées en 2017 en France selon les données Livres Hebdo/Electre.com, la réalité d’un encombrement continu des linéaires tient aujourd’hui de l’évidence. « La production éditoriale a augmenté de 113 % en 20 ans. or, les ventes ont augmenté quatre fois moins que la production » détaille Marie Sellier (auteure et Présidente de la SGDL). Si chacun se réjouit de la diversité créative à la source d’une offre pléthorique, la plupart observe que trop de titres ne se vendent pas ou trop peu, voire qu’un phénomène d’imitation conduit les succès-locomotives à produire nombre de répliques plus ou moins pertinentes, sans forcément parvenir à surfer sur les modes. Exhortant les libraires à affirmer leur identité en « choisissant » les nouveautés qu’ils tiennent à mettre en avant – dans l’hypothèse toutefois où ces derniers le pourraient sans être contraints d’ignorer purement et simplement une large part de la production – Bruno Caillet (Madrigall) tient à rappeler que « le fond, c’est encore la moitié de ce qui se vend. Il ne faut pas que l’afflux de nouveautés  freine notre capacité à vendre le fond ». Mais dans ce ce que certains considèrent comme une logique économique absurde en forme de fuite en avant – produire sciemment deux à trois livres pour en vendre un – les bons équilibres de la diversité restent à inventer.

 

 

L’écoresponsabilité du livre en question avec, de gauche à droite, Olivier Le Guay (Culture Papier), Monique Barbaroux (administratrice générale au Ministère de la Culture), Pascal Lenoir (Gallimard), Richard Dolando (Editis) et Yves Chagnaud (éditions Apeiron).

Porté par la volonté de fonctionner en « filière directe », Yves Chagnaud (éditions Apeiron) a tenu à faire fabriquer ses livres « à moins de 100 kilomètres autour de la maison d’édition ». Illustrant son propos avec le livre « Histoire de l’Oiseau qui avait perdu sa chanson », récompensé par un prix décerné par La Nuit du Livre en 2015, il précise notamment avoir fait appel à Maugein Imprimeurs, élaboré une couverture en carton recyclé fabriquée en Creuse grâce à la cartonnerie Jean et veillé à n’imprimer les exemplaires (mille, en tout) qu’à la demande, sans prendre le risque de générer un surplus de stock. Conscient d’opérer ici en quasi-militant (soulignons d’ailleurs une nouvelle récompense cette année avec « Effraie Ma Nuit »), Yves Chagnaud ne sera pas surpris d’entendre notamment Pascal Lenoir (Directeur de production chez Gallimard) souligner qu’avec plus de 60 000 nouveautés par an, un phénomène de péréquation économique voit les gros tirages, difficilement solubles dans des logiques 100 % locales, permettre l’existence de ces initiatives dites « de niche ». Il ajoute : « 70 % du bilan carbone d’un livre est lié au papier. le sujet de l’écoresponsabilité du livre a donc naturellement tendance à se focaliser sur cette problématique », exhortant d’abord la filière à « mieux estimer le juste besoin, un livre écoresponsable étant d’abord un livre qui trouve son lecteur ». Là encore, le débat appelle d’imminentes suites, puisqu’une seconde journée de rencontres professionnelles « Livre, lecture et environnement, une histoire à poursuivre », organisée par le ministère de la Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du livre, se déroulera le jeudi 28 mars de 9h30 à 18h au Centre national du livre…

Livre Paris 2019 – La fabrication à l’honneur

La présence très remarquée du robot Gutenberg One – une avant-première mondiale – dans les travées du salon Livre Paris 2019 aura eu de nombreux mérites, dont celui de restituer face à un public fasciné la magie de la fabrication du livre. Au-devant de gens curieux, souvent enthousiastes, les questions relatives aux différentes étapes de fabrication ont fusé : impression, encollage, façonnage, massicotage… Nul doute que la gestuelle théâtrale du robot a participé à rendre ces quelques minutes hypnotiques, avant d’amener à des considérations plus stratégiques : à quoi – et surtout à qui – tel robot peut-il servir ?
Destiné à imprimer et façonner du livre unitaire en quelques minutes, Gutenberg One se veut être le tout dernier rempart imprimé avant l’écran. Car il ne s’agit nullement de « courtes séries » ou même « d’impression à la demande » stricto sensu, mais bien de fabrication unitaire quasi-instantanée, avec une ambition claire : aller plus vite qu’Amazon. Pertinent sur la myriade de références dites de « longue traîne » ne se vendant qu’exceptionnellement et trahissant donc souvent une absence de stock disponible, des éditions spéciales hyper-personnalisées, les ouvrages libres de droit ou encore – à terme – l’offre autoéditée, Gutenberg One est une réponse concrète visant à rendre l’imprimé le plus disponible possible.

Porté, via Gutenberg & Co, par un concept de cafés littéraires conceptualisés et construits autour de la machine (il devrait s’en créer 222 en France, dans le sillage du Plan Cœur de Ville), souhaitons à cette initiative innovante un succès la hauteur de son culot.

Fabrication du Livre – Identifier & comprendre les écarts de compétitivité

A l’examen de la balance commerciale déficitaire, concernant ce champ d’activité spécifique (loisirs et vie pratique, livre scolaire et parascolaire, beaux livres, guides touristiques, livres pour enfants, littérature générale etc.), le secteur des industries graphiques a souhaité, à la demande de l’UNIIC et des instances paritaires, lancer une étude portant sur les différentiels de compétitivité coût et hors coût qui affectent le marché du livre et mesurer ainsi l’influence exercée par les aides directes et indirectes (aides à l’investissement matériel et aides infrastructurelles) dont certains pays peuvent bénéficier au titre des fonds structurels européens, avec les conséquences qui y sont associées en termes de différentiation coût et d’avantages concurrentiels déloyaux.

Ainsi l’étude en question aura pour objectif :

– De proposer une grille de lecture multifactorielle pour identifier les écarts de compétitivité et leurs causes (management, outils industriels, intégration verticale, créativité, marketing de la valeur, soutien public, faiblesse de la normalisation de certains pays, coût et statut de la main d’œuvre, productivité apparente du travail, ingénierie financière des entreprises etc.).

– D’éclairer les autorités publiques nationales et européennes sur les écarts de compétitivité qui s’inscrivent dans le libre jeu de la concurrence et supposent une réflexion sur nos propres défaillances et la recherche d’optimisations collectives, et ceux qui procèdent d’une concurrence faussée au sens du droit communautaire (aides directes d’Etat notamment).

– De proposer la construction d’opérations collectives nationales et locales fédérant l’ensemble des acteurs de la chaîne de fabrication du livre (labélisation, co-innovation, RSE, circuits courts, transparence, bonnes pratiques communes, expérimentation de relocalisation par segments, événements en commun etc.).

Lire le Projet de livre blanc portant sur les causes des écarts de compétitivité entre les entreprises spécialisées dans la fabrication du livre en France et leurs concurrents.

Créativ’Book – Le livre au futur ?

Alors que le chiffre d’affaires des biens culturels, tous segments confondus, atteignait encore 8,37 milliards d’euros pour l’année 2017 (+ 2,5 % versus 2016), témoignant ainsi d’une certaine stabilité, le poids global des contenus dits « dématérialisés » au sein dudit CA est passé de 3 % en 2007, à 33 % en 2017. Une progression menée à pas de géants qui traduit, selon Anne Filiot (Directrice Panel Livres – GfK) « des dynamiques internes hétérogènes et bouleversées ». Car les produits sont, par nature, différemment affectés : « Le streaming audio pèse à lui seul, sur la période considérée, pour 50 % de la hausse de la dématérialisation » précise-t-elle, ajoutant que le streaming de livres n’excédait pour sa part pas 1,6 % d’un CA toujours très nettement dominé par le print. Car le livre reste cette exception flagrante qui le voit, en France, ne céder qu’à la marge aux logiques de dématérialisation. Ainsi, 92 % du CA global du livre est toujours généré par son itération imprimée, l’ebook se heurtant à un plafond de verre même en Angleterre ou aux USA, des territoires pourtant a priori plus enclins à l’y voir triompher. De sorte que la question n’est plus tant celle d’une possible substitution des supports, que celle d’une diminution du temps de loisir réservé aux lectures longues, plus challengées que jamais par des distractions numériques de plus en plus fragmentées et mobiles. « Il y a un impact sur les usages, mais il est plus incrémental que concurrent » précise Anne Filiot, rappelant que « les plus gros lecteurs sur liseuses sont aussi les plus gros consommateurs de livres papier » dans un monde où le smartphone roi (80 % des foyers équipés à fin 2018) ne vient pas tant entraver des équilibres visiblement solides :

« À fin octobre 2018, le marché du livre a perdu 0,2 % en volume, mais gagné 0,1 % en valeur. Si la fin d’année demeure cruciale, avec 30 % des ventes historiquement concentrées pendant la période des fêtes, le livre est encore loin de décrocher » conclut Anne Filiot, non sans omettre de préciser que les progressions conjointes des Best Sellers & des livres à courts tirages, continuent d’étendre un marché qui fait le grand écart

Attention toutefois : il serait certainement précipité d’en conclure que le livre papier n’a plus à se soucier des phénomènes qui l’environnent, quelques très gros éditeurs n’hésitant pas à anticiper de possibles mutations, alors que les passages de témoin générationnels rendent chaque jour un peu plus plausible l’émergence d’usages nouveaux. D’où la prudence exprimée par Fabrice Bakhouche, Secrétaire Général, Responsable de la Stratégie et du Développement (Hachette Livre) : « Nous constatons un taux de croissance très fort sur l’audiobook, un format qui permet de toucher de jeunes nouveaux lecteurs, qui n’avaient pas forcément de lien avec le livre papier. Cette tendance nous interpelle forcément beaucoup et nous irons toujours chercher de la croissance dans des univers connexes, comme le jeu mobile par exemple, pour y déployer nos propriétés intellectuelles. Nous avons la volonté de préserver nos marges et pour cela, il faudra développer des synergies »

Un compte-rendu plus détaillé à venir dans le prochain numéro d’Acteurs Graphiques…

J’aime lire et mes enfants aussi

On parle beaucoup d’une jeunesse dont les besoins primaires supposés se résumeraient à s’armer d’un smartphone et d’un code wifi. Pourtant, il ne faudrait pas occulter la réalité concrète de signaux contraires, puisque la presse jeunesse – très majoritairement imprimée – se porte comme un charme…

Les termes Générations X, Y, Z, ne nous y trompons pas, sont avant tout des termes marketing. Ils servent à définir une cible. Probablement ont-ils également servi un coupable raccourci : celui d’une jeunesse quasi-exclusivement soumise aux écrans. Car si la littérature jeunesse est en bonne santé, la presse jeunesse l’est au moins tout autant : 286 magazines et 9,6 millions de lecteurs, le secteur se porte bien. Un succès qui n’est pas étranger au soin apporté à des contenus certainement moins naïfs qu’on ne se les figure parfois, abordant en effet aussi des thématiques à la fois actuelles et difficiles : réchauffement climatique, conflits armés, polémiques sociétales etc. France TV info partait ainsi à la rencontre de Bayard Presse, leader du marché, afin de découvrir pourquoi diable les enfants continuent de lire sur du papier imprimé :

Et pour vous réjouir un peu plus de la place qu’occupe le livre et le magazine dans le cœur des nouvelles générations, vous avez rendez-vous au 34e Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis (Montreuil) du 28 novembre au 3 décembre 2018.

 

 

 

 

Rencontres – Livre, lecture et environnement, une histoire à poursuivre

Ne manquez pas la première journée consacrée à la filière durable du livre et de la lecture, à la Bibliothèque nationale de France, le Mardi 4 décembre 2018, avant une seconde journée qui se tiendra au Centre national du livre en mars 2019. Ci-dessous, la première partie d’un rendez-vous en deux temps… 

9h : Accueil et introduction
Par Denis Bruckmann, Directeur général adjoint de la Bibliothèque nationale de France, Directeur des collections ; le Centre national du livre ; la Direction générale des Médias et des Industries culturelles ; la Haute fonctionnaire au Développement durable du ministère de la Culture.

10h : La fabrication d’un livre aujourd’hui
Par Pascal Bovéro, Délégué général de l’Union nationale des Industries, de l’Impression et de la Communication (UNIIC) et Pascal Lenoir, Président de la Commission Environnement et Fabrication du Syndicat national de l’Édition (SNE).

10h30 : La filière du livre et les écolabels
Par Richard Dolando, Directeur des Achats manufacturing du groupe Editis et Matthieu Prevost, Responsable Environnement et RSE à l’UNIIC, Animateur national Imprim’Vert.

11h : Table ronde
La chaîne de production du livre au prisme de l’environnement
Modérateur : Hervé Hugueny, Chef des Informations à Livres Hebdo avec Pascal Bovéro, Délégué général de l’UNIIC ; Pascal Lenoir, Président de la Commission Environnement et Fabrication du SNE ; Jérôme Mielle, Directeur général d’Arctic Paper ; Hélène Rajcak, Auteure illustratrice, membre du Conseil Permanent des Ecrivains (CPE).

12h30 : Pause déjeuner libre

14h : Café offert par la BnF

14h30 : Table ronde
Les diffusions du livre au prisme de l’environnement

Modérateur : Jean-Guy Boin, Économiste, avec Françoise Berthoud, Ingénieure de recherche au CNRS, Directrice du groupe EcoInfo ; Karima Gamgit, Directrice générale du Centre de diffusion de l’édition (CDE) ; Guillaume Husson, Délégué général du Syndicat de la Librairie française (SLF) ; Jean-Luc Treutenaere, Directeur des
relations extérieures de Cultura.

16h30 : Grands témoins – Trois témoignages pour mettre en perspective les enjeux du jour
Une distribution écoresponsable du livre, de l’éditeur au libraire, l’exemple de la plateforme interprofessionnelle du livre
Par Sophie Salmon, Secrétaire générale de la Commission de liaison interprofessionnelle du livre (CLIL/Prisme).
Durabilité, patrimoine et temps long : la conservation et le développement durable
par Jean-Loup Fossard, Expert en reliure et conservation préventive à la BnF.
La bibliothèque du XX e siècle, une institution écoresponsable
par Manon Le Guennec, Responsable des Services aux chercheurs et du Service des thèses, Service commun de la Documentation de l’Université Paris Nanterre.

17h15 : Conclusion
par Monique Barbaroux, Haute fonctionnaire au Développement durable du ministère de la Culture.

17h30 : Fin des échanges de la première journée

 

Entrée libre sur inscription (01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr).